MESSAGE  DU SECRETAIRE D’ETAT

DU MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES

AUX GRECS DE L’ETRANGER

POUR LA CELEBRATION DU 28 OCTOBRE

 

Lors de chacune de ces journées, nous, les Grecques et les Grecs de Grèce et du monde entier, nous nous souvenons de la première défaite de l’Axe pendant la Deuxième Guerre Mondiale. La première victoire du monde libre contre le fascisme a été l’attaque victorieuse de la baïonnette grecque qui se précipitait contre les mitraillettes italiennes avec une âme prête à se sacrifier pour protéger le pays natal de nos idéaux.

 

Le soldat grec, portant un simple uniforme d’hiver, plongeait dans la neige du Pinde et se battait contre les divisions d’alpinistes surarmées et en surnombre, ayant confiance dans le saint mystère de notre peuple. C’est la seule chose qui peut expliquer les triomphes historiques  remportés par les Grecs contre les tyrannies.

 

Le système de valeurs des discours vertueux de nos ancêtres se bat depuis maintenant des milliers d’années et amène des victoires. Il a tenu l’épée aux Thermopyles, comme la baïonnette dans les montagnes d’Epire. Il a protégé, à certaines périodes, la liberté de l’esprit grec et ses fruits, la démocratie, la politique et la culture.

 

C’est le même élément qui explique le lien continu et fort entre les Grecs de toute la planète et leur patrie, le foyer qui veille sur nos contenus historiques. C’est le caractère de l’identité grecque qui nous garde unis après des cycles d’émigration qui ont duré des centaines d’années et c’est ce même caractère qui nous offre des victoires comme celles de l’épopée des Balkans ou de Marathon, dans le bastion de la protection des valeurs qui ont donné naissance aux Lumières et à la culture occidentale actuelle.

 

Nous, les Grecs dans le monde entier, à l’intérieur et hors des frontières nationales, nous célébrons ensemble l’anniversaire du NON, l’orgueil de la Grèce, qui, dans les difficultés, sait rester solide et remplir, comme toujours, son rôle historique.