Consulat de Grèce à Lille

 

 

logo grec

Informations nationales

 

Du 27 août au 16 septembre 2021

 

LE DECES DE MIKIS THEODORAKIS

 

Bulletin du 9 septembre

Des centaines de personnes se rassemblent devant la cathédrale d'Athènes pour rendre un dernier homage à Mikis Theodorakis

Des centaines de personnes portant des fleurs rouges et blanches se sont rassemblées devant la cathédrale d'Athènes mercredi, le dernier jour où le corps du compositeur Mikis Theodorakis reposera dans la cathédrale. Parmi les personnes qui attendaient pour rendre un dernier hommage au grand compositeur, se trouvaient le secrétaire d'Etat de la protection des citoyens Lefteris Ikonomou, l'ancien président grec Prokopis Pavlopoulos, l'ancien premier ministre Antonis Samaras, le réalisateur Pantelis Voulgaris, l'auteure Ioanna Karystiani, le chanteur Fivos Delivorias et la directrice générale de la Music Works Rightholders Cooperative (EDEM), Louka T Katseli. La chapelle sera ouverte aux visiteurs jusqu'à mercredi après-midi, date à laquelle il y aura une cérémonie d'adieu. La présidente de la République, Katerina Sakellaropoulou, et le secrétaire général du Comité central du Parti communiste de Grèce (KKE), Dimitris Koutsoumbas prendront la parole. Le corps sera ensuite transporté en Crète, où le compositeur sera enterré dans le village de Galata jeudi.

 

Le peuple grec rend un dernier hommage à Mikis Theodorakis

Le corps du grand compositeur grec Mikis Theodorakis a été transporté mercredi hors de la chapelle Saint-Eleftherios et emmené à la cathédrale d'Athènes sous les applaudissements du public venu lui rendre un dernier hommage. La cérémonie d'adieu a commencé à 15h00 en présence de représentants politiques, du monde de la musique, et de centaines de personnes qui se trouvaient devant la cathédrale de la capitale. Parmi eux, le premier ministre Kyriakos Mitsotakis, le secrétaire général du Parti communiste de Grèce (KKE) Dimitris Koutsoumbas, les chanteurs Maria Farantouri et Giorgos Dalaras avec Anna Dalara, l'ancienne secrétaire générale du KKE, Aleka Papariga, les anciens ministres Nicos Voutsis, Sofia Sakorafa, Pavlos Geroulanos, Giorgos Lianis, Costas Laliotis, l'ancien premier Ministre Georges Papandreou, le député et chef du parti Elliniki Lysi, Kyriakos Velopoulos, le maire d'Athènes, Costas Bakoyannis, Marianna Vardinoyannis et des ambassadeurs étrangers. Le corps sera transporté et inhumé au village de Galatas sur l'île de Crète, selon les souhaits du compositeur.

 

IFG: La France rend hommage à Mikis Theodorakis

L’Ambassade de France en Grèce et l’Institut français de Grèce rendent hommage à Mikis Theodorakis, mardi 14 septembre 2021 à l’Auditorium de l’Institut français de Grèce. Mikis Theodorakis a ouvert une voie nouvelle qui associe la tradition musicale de la Grèce et la musique symphonique occidentale. Il a composé de multiples oeuvres pour des films, des ballets, des oratorios et des concertos et mis en musique les plus grands poètes, d’Elytis à Neruda, de Ritsos à Lorca. Résistant, il a combattu l’occupation allemande comme la junte des colonels. Ses engagements lui ont valu la prison, la torture, l’exil. Patriote, il a été l’un des grands artisans du rayonnement de la Grèce contemporaine, associant engagement démocratique et création culturelle. La musique était pour lui le langage universel de la liberté, note le communiqué relatif. Ce destin exceptionnel sera évoqué par Maria Farantouri et Nena Venetsanou, interprètes majeures des chansons de Mikis Theodorakis, par Yorgos Archimandritis, auteur de Mikis Theodorakis par lui-même (Éditions Actes Sud) et de Mikis Theodorakis – Ma vie (Éditions Patakis) et par bien d’autres personnalités grecques. Une projection permettra de voir ou revoir les témoignages des personnalités grecques et françaises que le compositeur a côtoyées au fil de sa prestigieuse carrière -parmi lesquelles Costas Gavras ou Jack Lang-, des photographies inédites provenant de ses archives personnelles, des extraits de nombreuses émissions auxquelles il a participé et des documents inédits. Elle mettra en relief la continuité et la cohérence de la pensée de cet homme qui, par son oeuvre immense, ses combats et les souffrances endurées, a incarné plus que tout autre, l’histoire et le destin de la Grèce contemporaine. La soirée se déroulera en grec avec traduction simultanée. Par ailleurs, l’Ambassade de France en Grèce projette sur sa façade, côté avenue Vasilissis Sofias, des portraits de Mikis Theodorakis, du vendredi 4 septembre jusqu’au mercredi 8 septembre 2021 inclus. Informations relatives à l'entrée: Dans la limite des places disponibles et sur réservation en ligne à partir du mercredi 08.09.2021 à 12h00 sur le site de l’IFG : www.ifg.gr Conformément aux instructions des autorités grecques, seuls les détenteurs d’un certificat de vaccination, d’un test PCR de moins de 48 heures ou d’un certificat d'infection antérieure seront autorisés à entrer à l’IFG. L’entrée à l’IFG est soumise à la présentation d’une pièce d’identité ou d’un passeport ainsi qu’à un contrôle des sacs et peut être conditionnée à une prise de température. Le port du masque est obligatoire dans tous les espaces de l'IFG et pendant toute la durée des manifestations. L'IFG applique de manière méticuleuse les mesures de protection et de distanciation physique conformément aux règles de l’Organisme national grec de santé publique (EODY).

 

La Grèce fait ses adieux à Mikis Theodorakis

La cérémonie d'adieu du grand compositeur Mikis Theodorakis, a commencé à 15h00 dans la cathédrale d'Athènes, présidée par l'archevêque d'Athènes, Ieronymos. Les discours de la présidente de la République, Katerina Sakellaropoulou, et du secrétaire général du Parti communiste de Grèce (KKE) Dimitris Koutsoumbas ont suivi. A la cérémonie étaient également présents le premier ministre, Kyriakos Mitsotakis, le président du Parlement, Costas Tassoulas, le président de SYRIZA, Alexis Tsipras, la présidente de KINAL, Fofi Gennimata, le président de Elliniki Lysi, Kyriakos Velopoulos, la ministre de la Culture et des Sports, Lina Mendoni, le secrétaire d'Etat à la Culture moderne, Nicolas Giatromanolakis, le ministre de la Protection des citoyens, Takis Theodorikakos, les députés du KKE, Thanassis Pafilis, Giannis Giokas, Aleka Papariga et le membre du bureau politique du KKE, Nikos Sofianos, Maria Farantouri, Vassilis Vassilikos, Georges Dalaras et Anna Dalara, l'ancien président du Parlement Nicos Voutsis, Alekos Flampouraris, Alexis Haritsis, Olga Gerovasili, Sofia Sakorafa, Pavlos Geroulanos, George Lianis, Costas Laliotis, le maire d'Athènes Costas Bakogiannis, Mariana Vardinogianni et des ambassadeurs de pays étrangers, ainsi que la famille de Mikis Theodorakis. Un moment spécial a été l'arrivée du compositeur turc Zülfü Livaneli et ami de Mikis Theodorakis avec la chanteuse et militante finlandaise Aria Saijonmaa. Malgré la pluie, les gens n'arrêtaient pas de chanter les chansons de Mikis

 

Bulletin du 7 septembre

Le corps du défunt compositeur Mikis Theodorakis arrivé à la cathédrale métropolitaine d'Athènes

Le corps du compositeur Mikis Theodorakis a été amené lundi après-midi à la chapelle de la cathédrale métropolitaine d'Athènes, où il reposera pendant trois jours, avant la cérémonie funéraire. Des centaines de personnes s'étaient rassemblées depuis lundi matin devant la cathédrale de la capitale hellène. Le public pourra rendre un dernier hommage au grand compositeur pendant trois jours: lundi jusqu'à 20h00, mardi de 10h00 à 19h00 et mercredi (dernier jour) de 10h00 à 14h00. A 15h00, une cérémonie d’adieu aura lieu, clôturant le service de trois jours à la cathédrale métropolitaine d'Athènes. La présidente grecque, Katerina Sakellaropoulou et le secrétaire général du Parti communiste de Grece (KKE) Dimitris Koutsoubas, prendront la parole lors de la cérémonie d'adieu. Les obsèques auront lieu jeudi à 13h00, à son village natal de Galata à La Canée (Crète), suivies de son inhumation. Mikis Theodorakis est décédé le jeudi 2 septembre à l'âge de 96 ans.

 

Bulletin du 3 septembre

Le grand compositeur et résistant grec Mikis Theodorakis est mort jeudi à l'âge de 96 ans.

Michael (Mikis) Theodorakis est né à Chios le 29 juillet 1925, d'un père crétois et d'une mère originaire d'Asie Mineure. Ses premières écoutes musicales sont les psaumes de l'Eglise orthodoxe, auxquels il participe en tant que chanteur.  Il a composé une gamme de différents types de musique, des opéras et des oeuvres symphoniques classiques, de la musique de chambre, des oratorios, du ballet et de la musique ecclésiastique, des partitions de films, de la musique pour le drame antique et le théâtre, des chansons et des oeuvres post-symphoniques. Son oeuvre se distingue en trois grandes périodes: Dans la première période (1937-1960), il a composé de la musique symphonique et de chambre basée sur des formes d'Europe occidentale et des techniques modernes, dans la deuxième période (1960-1980) il a tenté de combiner l'orchestre symphonique avec des instruments folkloriques grecs et a créé de nouvelles formes basées sur la voix, tandis qu'à partir de 1981, il revient aux formes symphoniques et à l'opéra.  Mikis Theodorakis est devenu un symbole de la résistance en Grèce. Dès son plus jeune âge, il développa une forte action résistante et politique, tandis qu'avec diverses interventions, livres et interviews, il resta actif jusqu'à la fin de sa vie. Il a été torturé, persécuté, emprisonné et exilé, alors qu'il a également joué un rôle déterminant dans la sensibilisation mondiale pendant la dictature militaire de 1967-74 en Grèce. En 1967 il a été arrêté, emprisonné et sa musique a été interdite en Grèce. Figure imposante et prolifique de la scène musicale grecque et internationale, il a composé certaines des musiques les plus reconnaissables au monde, notamment la danse emblématique "syrtaki" du film "Zorba le grec", les musiques de films célèbres tels que "Z" en 1969 qui a remporté le prix BAFTA pour la musique de film originale, "Phaedra" en 1962 avec des paroles de Nikos Gatsos et "Serpico" en 1973, pour lequel il a été nominé aux Grammy en 1975. Un "pilier central de sa créativité" selon la chanteuse Nena Venetsanou était la mise en musique d'oeuvres de poésie, utilisant des oeuvres de grands poètes grecs et étrangers, tels que Angelos Sikelianos, Andreas Kalvos, Georges Seferis, Odysseas Elytis, Yiannis Ritsos, Pablo Neruda, Federico Garcia Lorca et Brendan Behan, entre autres.

 

Sakellaropoulou: Mikis Theodorakis était  un créateur à la fois panhellénique et oecuménique

"Mikis Theodorakis, dont nous pleurons aujourd'hui la perte, était un créateur panhellénique et en même temps oecuménique, un atout inestimable de notre culture musicale", a déclaré jeudi la présidente de la République, Katerina Sakellaropoulou. "Il a eu une vie riche et fructueuse qu'il a vécue avec passion, une vie consacrée à la musique, aux arts, à notre pays et à ses habitants, vouée aux idées de liberté, de justice, d'égalité, de solidarité sociale", a noté Mme Sakellaropoulou. "Mikis a été testé dans toutes sortes de musique - chanson, oratorio, musique symphonique, musique pour le cinéma - avec un grand succès. Il a écrit des mélodies qui s'entremêlaient avec le cours historique et social de la Grèce dans les années d'après-guerre, de la musique qui a fonctionné comme une incitation, comme une consolation, comme une protestation, comme un soutien dans les périodes sombres de notre histoire récente", a-t-elle ajouté.  Il a toujours été un "homme politique", il a lié l'action politique à la transcendance et à la lutte, a déclaré la présidente. "Il s'est décrit comme +seul, indépendant, travailleur indépendant+. Dédié à la dignité nationale, à l'humanité et à la solidarité, il n'a jamais cessé d'être un créateur profond et diversifié, et un artiste qui a insisté jusqu'au bout pour voir le monde avec le romantisme et la confiance d'une jeunesse éternelle et indestructible", a-t-elle conclu. Mitsotakis: Mikis Theodorakis est notre histoire et nous devons la continuer comme il le voudrait  "Malheureusement, notre réunion d'aujourd'hui a été éclipsée par une très triste nouvelle : Mikis Theodorakis entre maintenant dans l'éternité. Sa voix a été réduite au silence et avec lui tout l'hellénisme a été réduit au silence", a déclaré jeudi le premier ministre, Kyriakos Mitsotakis, lors d’une réunion du conseil des ministres. "Comme il a été écrit à propos de Palamas, +nous avions tous oublié qu'il est mortel+. Cependant, il nous laisse en héritage ses chansons, son action politique, mais aussi sa contribution nationale aux moments critiques", a déclaré M. Mitsotakis. "Et pour cette raison, et avec une décision du gouvernement, un deuil national de trois jours est décrété à partir d'aujourd'hui". "Comme vous le savez, j'ai eu l'honneur de le connaître pendant de nombreuses années et je lui ai rendu visite relativement récemment. Ses conseils m'ont toujours été précieux, notamment ceux concernant l'unité de notre peuple et le dépassement des lignes de division.  Je crois que la meilleure façon d'honorer ce Grec mondial sera pour nous, dans notre travail quotidien, de mettre exactement ce message en pratique. Mikis est notre Histoire et nous devons la continuer comme il le voudrait”.

 

Mendoni: Les Grecs pleurent aujourd'hui

"Aujourd'hui, nous avons perdu une partie de l'âme de la Grèce. Mikis Theodorakis, notre Mikis, l'enseignant, l'intellectuel, le radical est décédé. Celui qui a fait chanter tous les Grecs nos poètes", a déclaré la ministre de la Culture, Lina Mendoni, dans son message sur le décès du compositeur Mikis Theodorakis jeudi. "Mikis était international et son travail appartient au monde entier. Une oeuvre majeure, oecuménique, qui a touché et continuera de toucher des millions de coeurs. Il n'est plus avec nous mais la galaxie de son travail est autour de nous et nous éclaire", a déclaré Mme Mendoni, et a conclu : "Les Grecs pleurent aujourd'hui".

 

KKE: Nous disons au revoir à Mikis Theodorakis, un combattant et créateur, pionnier d'un nouvel art combatif en musique

"Avec une profonde tristesse et une ovation, nous disons au revoir aujourd'hui à Mikis Theodorakis, un combattant et créateur, un mentor et pionnier d'un nouvel art combatif en musique", a déclaré le Parti communiste de Grèce (KKE) dans un communiqué sur la mort de Mikis Theodorakis jeudi. "La musique de Theodorakis est pétrie avec tous les ingrédients qui font des chefs-d'oeuvre, le grand art qui capture le +pouls+ de son temps et anticipe l'avenir. Le sentiment, l'esprit, la mémoire et l'expérience du peuple qui lutte, sont la source de leur inspiration". "Nous continuerons à avancer avec la musique de Mikis jusqu'à ce que les cloches de la libération sociale sonnent", déclare KKE.

 

Institut français de Grèce: Mikis Theodorakis est Immortel

L’Institut français de Grèce exprime son immense tristesse à l’annonce du décès de Mikis Theodorakis dont le nom et l’oeuvre se sont totalement identifiés à sa patrie grecque qu’il aimait tant, déclare l'IFG dans un communiqué. "Mikis Theodorakis, dont l'oeuvre est inscrite à jamais dans la mémoire des peuples grec et français, entre, dès aujourd'hui, au Panthéon des Immortels. Le grand compositeur a révélé et a fait connaître mondialement un grand nombre de poètes et auteurs grecs en mettant leurs oeuvres en musique, a été chanté par les plus grands, a porté par la musique les luttes et revendications de son pays et a marqué de manière indélébile l'art et la culture du 20e siècle tout autant que l'histoire de la Grèce".  L'IFG souligne que "la France fut sa deuxième patrie, dès le début des années 1950 lorsque, titulaire d’une bourse, il s’est trouvé à Paris, aux côtés de professeurs de musique de renom, tel Olivier Messiaen, et où il a composé des oeuvres de musique de chambre, de ballet et des oeuvres symphoniques. Pendant les heures sombres de la dictature, la France lui a offert un refuge et il y a poursuivi, aux côtés d’autres exilés grecs, son combat pour le retour de la démocratie. La liberté, la musique et la politique : pour Mikis Theodorakis, ces trois mots étaient indissociablement liés à Paris et à la France".

"Mikis Theodorakis est Immortel", conclut le communiqué.

 

Les évènements culturels et autres en Attique reportés en raison de la mort

de Mikis Theodorakis

La région de l'Attique a reporté jeudi tous les évènements culturels et commémoratifs prévus en raison du deuil national de trois jours déclaré par le gouvernement pour la mort du compositeur Mikis Theodorakis. Précisément, tous les évènements prévus les 2, 3 et 4 septembre organisés en collaboration avec le festival d'Athènes et les municipalités de la région de l'Attique sont reportés. Les drapeaux flotteront en berne pendant le deuil national de trois jours pour Mikis Theodorakis. Les drapeaux seront mis en berne sur tous les bâtiments publics alors que tous les événements festifs publics sont reportés pendant les trois jours de deuil national décrétés par le gouvernement pour la mort du compositeur grec Mikis Theodorakis jeudi. La décision a été prise par le ministre de l'Intérieur Makis Voridis, conformément à la législation en vigueur.

 

LA COVID-19 EN GRECE

 

Bulletin du 16 septembre

Plevris: Vaccination, protection et suivi immédiat pour contenir la propagation du Covid-19 dans les écoles

La vaccination pour les 12-17 ans, le respect des mesures de protection et le suivi et traçage immédiats lorsqu'un cas est confirmé sont les mesures qui seront prises dans les écoles pour éviter la propagation du Covid-19 et qui ont été discutées lors d'une réunion mercredi entre le ministre de la Santé, Thanassis Plevris, et le Comité d'experts, a déclaré M. Plevris dans une interview accordée à ANT1 TV. "Nous coopérons très étroitement avec le ministère de l'Education pour réduire au minimum toute propagation dans les écoles du pays", a-t-il déclaré et a ajouté :  "Nous avons consulté toutes les associations pédiatriques en présence du premier ministre concernant la vaccination des enfants. Nous avons demandé aux pédiatres d'informer les parents et ils nous ont expliqué que les enfants, bien que moins exposés au coronavirus, sont également à risque et sont certainement plus protégés en se faisant vacciner qu'en acquérant une immunité par infection. Concernant l'hospitalisation d'enfants, le ministère de la Santé a déjà préparé un plan qui inclut des lits pédiatriques Covid supplémentaires, si et quand nécessaire, dans les hôpitaux du système national de santé mais aussi dans les cliniques car nous sommes en consultation avec le secteur privé".

 

Covid-19: La Grèce enregistre 2.422 nouveaux cas, 37 décès et 364 patients intubés

La Grèce enregistrait mercredi 2.422 nouveaux cas confirmés de coronavirus, dont 6 identifiés aux portes d'entrée dans le pays, a annoncé l'Organisation nationale de la santé publique (EODY). Le nombre total de cas confirmés en Grèce depuis le début de la pandémie s'élevait à 622.761 (variation quotidienne +0,4%). Sur le total des cas confirmés au cours des sept derniers jours, 135 seraient liés à un voyage depuis l'étranger et 2.607 sont liés à des cas déjà connus. 37 nouveaux décès ont été enregistrés alors que la Grèce compte 14.311 décès depuis le début de l'épidémie. 95,4% d'entre eux avaient une affection sous-jacente et/ou étaient âgés de 70+ ans. En outre, 364 patients au total sont intubés dans les hôpitaux du pays. Leur âge moyen est de 64 ans, alors que 81% d'entre eux souffrent d'une affection sous-jacente ou sont âgés de 70+ ans. Du total, 330 (90,66%) sont non vaccinés ou partiellement vaccinés et 34 (9,34%) sont entièrement vaccinés. Au total, 3.069 patients ont pu quitter les USI depuis le début de la pandémie en Grèce. De plus, 224 patients Covid-19 ont été admis à l'hôpital au cours des dernières 24 heures (variation quotidienne de +9,27%). L'admission moyenne de patients atteints de Covid-19 dans les hôpitaux au cours des 7 derniers jours était de 208. L'âge médian des nouvelles infections est de 39 ans, tandis que l'âge médian des personnes décédées est de 78 ans.

 

La ministre de l'Education présente le protocole sanitaire pour le système éducatif

Cette année l'enseignement se fera exclusivement en présence physique, a souligné la ministre de l'Education, Niki Kerameos, dans une interview accordée à OPEN TV mercredi. Mme Kerameos a fait référence au pourcentage élevé d'enseignants vaccinés (80%), qui, combiné à un pourcentage de 10% qui ont contracté le coronavirus "offre une couverture de 90%". Elle a noté que 28% des enfants âgés de 15 à 18 ans ont été vaccinés, et chez les 12 à 15 ans ce pourcentage est de 14%, et a exhorté les parents à continuer de vacciner leurs enfants. Elle a également expliqué que la plupart des personnes à la maison (parents, personnes âgées) sont vaccinées. S'il y a des cas de Covid, a-t-elle ajouté, "il a été décidé au niveau international que les écoles resteront ouvertes mais qu'il y aura une augmentation des tests". En particulier, la classe concernée fera gratuitement deux tests rapides par semaine, tandis que les enfants vaccinés ne feront qu'un autotest. Les enfants qui sont assis le plus près de l'élève ayant contracté le virus devront être testés tous les jours. Les cours s'arrêteront si les cas représentent 50% plus 1 des étudiants de la classe. Les enseignants non vaccinés sont tenus d'effectuer deux tests de laboratoire (PCR ou Rapid) sous leur propre responsabilité et seront suspendus de leur travail s'ils ne se conforment pas. Dans le même temps, Mme Kerameos a indiqué qu'un système de recrutements très rapides a été mis en place, afin de combler d'éventuelles lacunes en quelques jours. Pour les universités, qui ouvriront le 1er octobre, le protocole sera plus strict. Le personnel enseignant et les étudiants doivent présenter soit un certificat de vaccination ou d'infection antérieure (des six derniers mois), soit un test de laboratoire (PCR ou Rapid) à l'arrivée. Les certificats seront contrôlés par les autorités rectorales. Dans le même temps, a-t-elle ajouté, "des processus sont en cours pour établir un centre de vaccination dans chaque université du pays".

 

Bulletin du 10 septembre

Covid-19: La Grèce enregistre 2.170 nouveaux cas, 43 décès et 384 patients intubés. La Grèce enregistrait jeudi 2.170 nouveaux cas confirmés de coronavirus, dont 6 identifiés aux portes d'entrée dans le pays, a annoncé l'Organisation nationale de la santé publique (EODY). Le nombre total de cas confirmés en Grèce depuis le début de la pandémie s'élevait à 609.519 (variation quotidienne +0,4%). Sur le total des cas confirmés au cours des sept derniers jours, 170 seraient liés à un voyage depuis l'étranger et 2.235 sont liés à des cas déjà connus. 43 nouveaux décès ont été enregistrés alors que la Grèce compte 14.060 décès depuis le début de l'épidémie. 95,4% d'entre eux avaient une affection sous-jacente et/ou étaient âgés de 70+ ans. En outre, 384 patients au total sont intubés dans les hôpitaux du pays. Leur âge moyen est de 65 ans, alors que 82,3% d'entre eux souffrent d'une affection sous-jacente ou sont âgés de 70+ ans. Des 384 patients, 343 (89,32%) sont non vaccinés ou partiellement vaccinés et 41 (10,68%) sont entièrement vaccinés. Au total, 3.027 patients ont pu quitter les USI depuis le début de la pandémie en Grèce. De plus, 212 patients Covid-19 ont été admis à l'hôpital au cours des dernières 24 heures (variation quotidienne de +4,95%). L'admission moyenne de patients atteints de Covid-19 dans les hôpitaux au cours des 7 derniers jours était de 221. L'âge médian des nouvelles infections est de 39 ans, tandis que l'âge médian des personnes décédées est de 78 ans.

 

ELSTAT: Les décès en Grèce ont augmenté de 9,48% au cours des 31 premières semaines de 2021

Le nombre total de décès en Grèce, y compris ceux causés par la pandémie, a augmenté de 9,48% par rapport à l'année précédente au cours des 31 premières semaines de 2021 (du 4 janvier 2021 au 8 août 2021), a rapporté jeudi ELSTAT. Le rapport note qu'il y a eu 83.826 décès (42.620 hommes et 41.206 femmes) au cours de cette période, alors que le nombre de décès au cours de la période correspondante en 2020 (du 30 décembre 2019 au 2 août 2020) était de 76.567 (38.274 hommes et 38.293 femmes). Il y a également eu une augmentation de 12% des décès, par rapport au nombre moyen de décès pour la même période au cours des six années 2015-2020 (74.844), avec 8.982 décès de plus en 2021. Selon ELSTAT, le plus grand nombre de décès en 2021 a été enregistré au cours de la 26e semaine (28 juin au 4 juillet - hausse de 44,6%), la 31e semaine (du 2 au 8 août - hausse de 42,2 %), la 18e semaine (du 3 au 9 mai - hausse de 27,3%) et la 17e semaine (26 avril au 2 mai - hausse de 27,2%). Le nombre de décès le plus bas a été enregistré au cours de la 5e semaine (1er au 7 février - baisse de 16,6%), de la 2e semaine 2 (11 au 17 janvier - baisse de 14,9%) et de la 6e semaine (8 au 14 février - baisse de 13,6%).

 

Bulletin du 8 septembre

Le conseil des ministres donne son feu vert à la vaccination contre le Covid-19 des enfants par les pédiatres dans leurs cabinets

Le premier ministre, Kyriakos Mitsotakis, a présidé mardi une réunion en ligne du conseil des ministres, où il a été décidé que les pédiatres devraient participer à la vaccination des enfants contre la Covid-19, dans leurs cabinets, une fois les problèmes techniques résolus. La décision était conforme aux recommandations des instances pédiatriques, qui ont appelé à un rôle plus actif des pédiatres dans la vaccination de la tranche d'âge 12-17 ans. “Une semaine avant l'ouverture des écoles, je pense que le moment est venu de faire un autre grand effort pour augmenter considérablement lestaux de vaccination chez les mineurs”, a déclaré M. Mitsotakis au début de la réunion. Il a noté que, comme les données scientifiques avaient montré, la double politique du port du masque et des tests fréquents était la combinaison la plus efficace pour garantir que les écoles ouvrent avec la sécurité maximale, "à laquelle il faut ajouter une augmentation des taux de vaccination".

 

L'expert en épidémiologie, le professeur Sotiris Tsiodras, a déclaré que la vaccination des enfants âgés de 12 à 17 ans jouera un rôle décisif, avec les autres mesures pour contenir la pandémie, à une autorégulation progressive et à la poursuite de la vie sociale:

"Nous sommes à une époque où environ 100% des souches qui circulent sont le variant Delta. Notre équipe scientifique analyse toutes les informations provenant de l'étranger. Naturellement, la haute transmissibilité du variant Delta affecte également nos enfants et il est très important, maintenant que les écoles s'ouvrent, de respecter les mesures de protection contre la propagation du virus dans les écoles”, a déclaré M. Tsiodras. Il a noté que la probabilité de propagation du virus dans les écoles avait été estimée à 10% en cas de port du masque et de test, alors qu'elle diminuait encore plus si les enfants étaient vaccinés.

 

Un amendement autorisera le retour du personnel de santé suspendu, à condition d'avoir reçu la première dose d'un vaccin Covid-19

Le ministère de la Santé envisage des sanctions plus sévères pour ceux qui délivrent ou obtiennent de faux certificats Covid-19 ainsi qu'une mesure permettant au personnel de santé dont le contrat a été suspendu de reprendre le travail après avoir reçu une seule dose d'un vaccin contre le Covid-19. L'amendement rédigé par le ministère de la Santé a été joint à un projet de loi du ministère de l'Intérieur qui sera voté plus tard mardi. En particulier, outre les autres sanctions, une amende administrative de 5.000 euros est infligée : a) à toute personne qui tente ou réussit à obtenir un certificat de vaccination alors qu'elle n'est pas vaccinée, ou un faux certificat d'infection à la Covid- 19, et b) à tout membre du personnel ou toute personne affectée à un travail lié à la vaccination qui est impliqué dans la délivrance de faux certificats de vaccination. En outre, l'amendement permet également la levée anticipée de la suspension forcée et non rémunérée du personnel du secteur public qui ne satisfait pas aux exigences de vaccination obligatoire, leur permettant de revenir immédiatement après avoir reçu la première dose d'un vaccin – à condition que le cycle de vaccination soit terminé dans les délais prescrits - au lieu de les faire attendre 14 jours après qu'ils aient été complètement vaccinés avec les deux doses, comme c'est le cas actuellement.

Bulletin du 7 septembre

Covid-19: La Grèce enregistre 1.765 nouveaux cas, 47 décès et 379 patients intubés

La Grèce enregistrait lundi 1.765 nouveaux cas confirmés de coronavirus, dont 8 identifiés aux portes d'entrée dans le pays, a annoncé l'Organisation nationale de la santé publique (EODY). Le nombre total de cas confirmés en Grèce depuis le début de la pandémie s'élevait à 601.716 (variation quotidienne +0,3%). Sur le total des cas confirmés au cours des sept derniers jours, 144 seraient liés à un voyage depuis l'étranger et 1.712 sont liés à des cas déjà connus. 47 nouveaux décès ont été enregistrés alors que la Grèce compte 13.933 décès depuis le début de l'épidémie. 95,4% d'entre eux avaient une affection sous-jacente et/ou étaient âgés de 70+ ans. En outre, 379 patients au total sont intubés dans les hôpitaux du pays. Leur âge moyen est de 64 ans, alors que 82,1% d'entre eux souffrent d'une affection sous-jacente ou sont âgés de 70+ ans. Des 343 patients, 343 (90,5%) sont non vaccinés ou partiellement vaccinés et 36 (9,5%) sont entièrement vaccinés. Au total, 3.007 patients ont pu quitter les USI depuis le début de la pandémie en Grèce. De plus, 184 patients Covid-19 ont été admis à l'hôpital au cours des dernières 24 heures (variation quotidienne de -31,85%). L'admission moyenne de patients atteints de Covid-19 dans les hôpitaux au cours des 7 derniers jours était de 234. L'âge médian des nouvelles infections est de 39 ans, tandis que l'âge médian des personnes décédées est de 78 ans.

 

Bulletin du 2 septembre

Covid-19: La Grèce enregistre 3.871 nouveaux cas, 47 décès et 346 patients intubés

La Grèce enregistrait mercredi 3.871 nouveaux cas confirmés de coronavirus, dont 9 identifiés aux portes d'entrée dans le pays, a annoncé l'Organisation nationale de la santé publique (EODY). Le nombre total de cas confirmés en Grèce depuis le début de la pandémie s'élevait à 590.832 (variation quotidienne +0,7%). Sur le total des cas confirmés au cours des sept derniers jours, 185 seraient liés à un voyage depuis l'étranger et 1.378 sont liés à des cas déjà connus. Le Rt en Grèce basé sur les cas est estimé à 0,99.  47 nouveaux décès ont été enregistrés alors que la Grèce compte 13.743 décès depuis le début de l'épidémie. 95,3% d'entre eux avaient une affection sous-jacente et/ou étaient âgés de 70+ ans.  En outre, 346 patients au total sont intubés dans les hôpitaux du pays. Leur âge moyen est de 65 ans, alors que 84,7% d'entre eux souffrent d'une affection sous-jacente ou sont âgés de 70+ ans. Des 346 patients, 319 (92,2%) sont non vaccinés ou partiellement vaccinés et 27 (7,8%) sont entièrement vaccinés. Au total, 2.980 patients ont pu quitter les USI depuis le début de la pandémie en Grèce.  De plus, 267 patients Covid-19 ont été admis à l'hôpital au cours des dernières 24 heures (variation quotidienne de Jeudi 2 septembre 2021 +11,72%). L'admission moyenne de patients atteints de Covid-19 dans les hôpitaux au cours des 7 derniers jours était de 256.  L'âge médian des nouvelles infections est de 39 ans, tandis que l'âge médian des personnes décédées est de 78 ans.

 

Bulletin du 1er septembre

Covid-19: La Grèce enregistre 3.628 nouveaux cas, 22 décès et 344 patients intubés

La Grèce enregistrait mardi 3.628 nouveaux cas confirmés de coronavirus, dont 25 identifiés aux portes d'entrée dans le pays, a annoncé l'Organisation nationale de la santé publique (EODY). Le nombre total de cas confirmés en Grèce depuis le début de la pandémie s'élevait à 587.964 (variation quotidienne +0,7%). Sur le total des cas confirmés au cours des sept derniers jours, 206 seraient liés à un voyage depuis l'étranger et 1.404 sont liés à des cas déjà connus. 22 nouveaux décès ont été enregistrés alors que la Grèce compte 13.691 décès depuis le début de l'épidémie. 95,3% d'entre eux avaient une affection sous-jacente et/ou étaient âgés de 70+ ans.  En outre, 344 patients au total sont intubés dans les hôpitaux du pays. Leur âge moyen est de 64 ans, alors que 84,3% d'entre eux souffrent d'une affection sous-jacente ou sont âgés de 70+ ans. Des 344 patients, 319 (92,73%) sont non vaccinés ou partiellement vaccinés et 25 (7,27%) sont entièrement vaccinés. Au total, 2.971 patients ont pu quitter les USI depuis le début de la pandémie en Grèce. De plus, 239 patients Covid-19 ont été admis à l'hôpital au cours des dernières 24 heures (variation quotidienne de +11,68%). L'admission moyenne de patients atteints de Covid-19 dans les hôpitaux au cours des 7 derniers jours était de 255. L'âge médian des nouvelles infections est de 39 ans, tandis que l'âge médian des personnes décédées est de 78 ans.

 

Kikilias: Programme pilote de vaccination devant les églises

Le ministre de la Santé, Vassilis Kikilias, a annoncé la mise en oeuvre d'un programme pilote de vaccination sur les places devant les églises, dans une interview accordée jeudi à SKAI TV.  Les vaccinations seront effectuées par des équipes mobiles du ministère de la Santé et commenceront ce dimanche 29 août sur l'île de Crète, puis dans d'autres grandes villes du pays. Le ministre a déclaré que le programme sera étendu aux zones en dehors des églises avec la coopération des prêtres et du Saint-Synode, rappelant le soutien pratique apporté au programme de vaccination par l'archevêque Ieronymos et les membres du Saint-Synode, lors de la réunion qu'ils ont eue en juillet dernier.

 

Kontozamanis: La loi sur la suspension des agens de santé non-vaccinés sera appliquée

La vaccination des agents de santé augmente, ces derniers répondant à l'appel, a déclaré jeudi le ministre adjoint de la Santé, Vassilis Kontozamanis, précisant une nouvelle fois que la loi sur la suspension des fonctions à partir du 1er septembre pour ceux qui n'ont pas été vaccinés, sera appliquée. Il a également expliqué que parce que les employés du secteur public sont payés à l'avance, les employés suspendus seront tenus de payer les montants indûment payés.  Concernant le plan du ministère de la Santé sur le fonctionnement du système national de santé à partir de la semaine prochaine, M. Kontozamanis a déclaré que les plans opérationnels sont prêts. Il existe également une prévision pour l'embauche de personnel, à des heures précises et avec des contrats spécifiques. Il a ajouté qu'il y aura une législation dans les prochains jours pour les services de soutien dans les hôpitaux et les structures et pour le recrutement de personnel auxiliaire. La façon dont le personnel est redistribué dans les hôpitaux a également été conçue pour que tout puisse fonctionner sans heurts. Il a également souligné que des dispositions existantes liées à la pandémie permettant aux agences de déplacer du personnel pour répondre aux besoins seront prolongées. En ce qui est de la vaccination des médecins privés et pharmaciens, M. Kontozamanis a indiqué qu'ils appartiennent à la catégorie des professionnels de santé et qu'il y aura donc des sanctions [si ils ne sont pas vaccinés] car ils doivent être vaccinés contre le Covid-19.

 

Covid-19: La Grèce enregistre 3.538 nouveaux cas, 28 décès et 336 patients intubés

La Grèce enregistrait jeudi 3.538 nouveaux cas confirmés de coronavirus, dont 29 identifiés aux portes d'entrée dans le pays, a annoncé l'Organisation nationale de la santé publique (EODY).  Le nombre total de cas confirmés en Grèce depuis le début de la pandémie s'élevait à 573.605 (variation quotidienne +0,6%). Sur le total des cas confirmés au cours des sept derniers jours, 216 seraient liés à un voyage depuis l'étranger et 1.845 sont liés à des cas déjà connus. 28 nouveaux décès ont été enregistrés alors que la Grèce compte 13.539 décès depuis le début de l'épidémie. 95,3% d'entre eux avaient une affection sous-jacente et/ou étaient âgés de 70+ ans. En outre, 336 patients au total sont intubés dans les hôpitaux du pays. Leur âge moyen est de 64 ans, alors que 83,6% d'entre eux souffrent d'une affection sous-jacente ou sont âgés de 70+ ans. Au total, 2.943 patients ont pu quitter les USI depuis le début de la pandémie en Grèce. De plus, 265 patients Covid-19 ont été admis à l'hôpital au cours des dernières 24 heures (variation quotidienne de +2,32%). L'admission moyenne de patients atteints de Covid-19 dans les hôpitaux au cours des 7 derniers jours était de 266. L'âge médian des nouvelles infections est de 39 ans, tandis que l'âge médian des personnes décédées est de 78 ans.

 

Covid-19: Les scientifiques grecs constatent une augmentation significative de la charge épidémiologique dans le pays

Les scientifiques grecs ont enregistré une augmentation significative de la charge épidémiologique au cours des deux derniers mois de l'été, bien qu'ils constatent une tendance à la stabilisation au cours des deux dernières semaines. Selon la professeure Vana Papaevangelou, l'indice glissant des sept derniers jours reste à 3.200 cas par jour, tandis que l'indice de positivité est également stable à 3,5.  Lors du briefing régulier du ministère de la Santé, Mme Papaevangelou a noté que cet indice est plus élevé principalement dans les îles, ajoutant que les deux prochaines semaines seront cruciales car la plupart reviendront de vacances et il y a un risque de transférer cette charge virale accrue vers le pays continental. Un élément qui semble inquiéter les scientifiques est que l'âge médian du nombre de cas a de nouveau augmenté. Alors que cet âge était inférieur à 25 ans au début de l'été, il a atteint et dans certains cas dépassé les 30 ans, signe qu'il existe désormais des cas de coronavirus parmi des âges plus avancés. "Rien qu'en août, plus de 6.000 cas ont été enregistrés chez des personnes de plus de 65 ans, ce qui entraîne une augmentation des hospitalisations mais aussi une augmentation des intubations en USI", a-t-elle expliqué. La professeure a ajouté que la moyenne des hospitalisations a augmenté de 25% la semaine dernière, avec 267 nouvelles hospitalisations par jour, alors que le nombre de tous les patients Covid-19 hospitalisés aujourd'hui en Grèce est de 2.500. Il est également intéressant de noter qu'environ la moitié, soit 45% des patients ont plus de 65 ans. Mme Papaevangelou a prédit que la semaine prochaine le nombre d'hospitalisations, d'intubations et de décès augmentera, sans nécessairement signifier que les cas augmenteront. Se référant aux données de l'organisation nationale de santé publique (EODY), elle a déclaré que seulement 5,2% des cas concernent des personnes vaccinées et a expliqué que la grande majorité des cas, ainsi que ceux qui sont hospitalisés ou décèdent, concernent des personnes qui n'ont pas été vaccinées. Elle a également noté que les données sur la couverture vaccinale chez le groupe d'âge des plus de 65 ans sont également préoccupantes, le nombre de personnes vaccinées dans cette tranche d'âge ne semblant pas augmenter. Elle a enfin précisé que si le variant Delta prévaut, "les non vaccinés tomberont malades" et a donc appelé notamment les personnes de plus de 60 ans qui n'ont pas encore été vaccinées à être informées par leurs médecins et à se faire vacciner. Pour sa part, le professeur Ghikas Magiorkinis a déclaré que bien qu'il y ait une stabilisation des cas à un niveau élevé, les décès ont augmenté de 54%, ce qui montre que "le profil de morbidité se détériore alors que les hospitalisations et les patients gravement malades augmentent". Il a averti que le prochain mois et demi sera "crucial", estimant que "nous serons confrontés à une augmentation de la transmissibilité, car nous serons appelés à vivre plus à l'intérieur". Il a déclaré que cette période est précieuse et "il faut en profiter pour renforcer le mur d'immunité" en vue de l'hiver.

 

POLITIQUE INTERIEURE

 

Bulletin du 16 septembre

Le ministre des Finances laisse ouverte la possibilité d'autres interventions favorables

Dans une interview accordée au journal "Makedonia", le ministre des Finances, Christos Staïkouras, a laissé ouverte la possibilité d'interventions supplémentaires favorables pour les citoyens si le taux de croissance dépasse 5,9% cette année, tout en soulignant que le gouvernement est prêt à envisager de nouvelles interventions pour faire face à l'inflation importée si elle se poursuit en 2022. Plus précisément, invité à dire si les citoyens devaient s'attendre à un allègement fiscal supplémentaire au cas où le taux de croissance pour 2021 dépasserait le taux révisé de 5,9% (par rapport aux prévisions initiales de 3,6%), M. Staïkouras a répondu: "Il est évident que plus le taux de croissance économique est élevé, plus les marges fiscales créées sont meilleures pour que nous puissions faire des interventions supplémentaires [...] J'espère que le taux de croissance économique est encore plus élevé (par rapport à 5,9%), de sorte que nous avons la marge fiscale pour aider encore plus la société grecque". Le ministre a également souligné que la volonté et l'intention du gouvernement pour 2022 est de réduire la taxe sur la propriété immobilière (ENFIA) pour une majorité de la population.

 

Cinquante réfugiés ont été réinstallés à Dublin et douze demandeurs d'asile à Bruxelles

Cinquante réfugiés reconnus ont été relocalisés à Dublin et douze demandeurs d'asile à Bruxelles, portant le nombre total de réinstallations depuis la Grèce vers d'autres Etats membres de l'UE à 4.299.  Les réfugiés reconnus, des ressortissants de Syrie et d'Afghanistan, sont partis lundi 13 septembre de l'aéroport international d'Athènes "El. Venizelos", tandis que 12 demandeurs d'asile d'Afghanistan sont partis mercredi à destination de Bruxelles. Selon un communiqué du ministère de la Migration, la réinstallation des 50 réfugiés reconnus de Grèce vers l'Irlande - parmi lesquels 15 familles avec enfants - et des 12 demandeurs d'asile de Grèce vers la Belgique a eu lieu dans le cadre du programme de réinstallation des réfugiés reconnus de Grèce dans les Etats-membres de l'Union européenne. Depuis le début du programme de relocalisation, un total de 4.299 réfugiés reconnus, demandeurs d'asile et mineurs non accompagnés ont été relogés avec succès. En particulier, 1.720 réfugiés reconnus, 1.603 demandeurs d'asile et 976 mineurs non accompagnés ont été transférés de Grèce vers les Etats-membres de l'Union européenne.

 

Bulletin du 9 septembre

Le ministère de l'Energie envisage des mesures pour limiter les

effets de la hausse des prix de l'électricité

Le ministère de l'Environnement et de l'Energie envisage une série de mesures pour compenser les effets de la hausse des prix de l'électricité sur les consommateurs vulnérables. Les décisions relatives seront finalisées dans la semaine et seront annoncées par le premier ministre Kyriakos Mitsotakis à la Foire internationale de Thessalonique (TIF). Parmi les mesures envisagées figure l'extension des critères de mise en oeuvre du Tarif du logement social, qui garantit des tarifs plus bas pour les consommateurs financièrement vulnérables. Selon l'Opérateur indépendant de transport d'électricité (ADMIE), le prix de gros de l'électricité est passé à 113,4 euros par mégawatt-heure en juillet contre 62-64 euros en début d'année, alors que l'année dernière, en raison de la pandémie, il avait baissé en dessous de 40 euros. Les quotas d'émission de dioxyde de carbone, qui grèvent les coûts de production principalement du lignite mais aussi des unités de gaz naturel, ont atteint 52 euros la tonne au deuxième trimestre 2021 contre 22-27 euros l'an dernier.

 

Bulletin du 8 septembre

Staïkouras: Nous avons conçu des mesures de protection pour les

ménages vulnérables

"Nous suivons de très près et surveillons le marché", a déclaré mardi le ministre des Finances, Christos Staïkouras, à propos de la récente vague d'augmentation des prix, tout en estimant qu'elle sera temporaire. Selon le ministre, il s'agit d'un phénomène mondial lié au fait que la reprise est forte et que la demande a augmenté plus que l'offre. Il a estimé que le phénomène se normaliserait lorsque l'offre et la demande seraient équilibrées et que l'inflation sera inférieure à 2% l'année prochaine. S'adressant à ERT1, M. Staïkouras a déclaré qu'afin de faire face à la hausse des prix, le gouvernement envisage de créer un réseau de protection pour les ménages et les entreprises vulnérables, affirmant que "nous avons prévu des mesures globales en tant que gouvernement et elles seront annoncées de manière responsable par le premier ministre à la Foire internationale de Thessalonique (TIF)". A une question relative aux éventuelles augmentations des prix du fioul domestique, il a répondu que "en fonction des possibilités du budget, nous ferons de notre mieux pour aider les ménages vulnérables". En outre, le ministre a parlé d'un fort taux de croissance du PIB à deux chiffres au deuxième trimestre de cette année par rapport à la même période de référence en 2020 sur la base des indicateurs précurseurs (données annoncées par ELSTAT), ce qui conduira très probablement à une augmentation des estimations du taux de croissance tout au long de 2021 et à une couverture significative des pertes de 2020. Il a souligné qu'il semble que le revenu disponible s'est amélioré de 5% en 2021 par rapport à 2020.

 

Bulletin du 7 septembre

Le gouvernement envisagera diverses mesures concernant les augmentations de prix, selon le ministre Adonis Georgiadis

Le ministre du Développement et des Investissements, Adonis Georgiadis, a exhorté lundi les gens à garder leur calme face à une vague anticipée d'augmentation des prix, dans une interview avec le diffuseur public ERT1. "Les augmentations viendront car il y a une augmentation mondiale de tous les prix, des coûts de transport aux matières premières. C'est un phénomène auquel sont confrontés tous les pays et en particulier les pays avancés, et affectera évidemment aussi la Grèce. L'opinion dominante est que cela ne sera pas permanent, il aura des caractéristiques temporaires liées à la normalisation du marché après les quarantaines. Nous le surveillons”, a déclaré M. Georgiadis et fait référence aux annonces qui seront faites à la Foire internationale de Thessalonique (TIF) et en particulier certaines mesures pour les groupes vulnérables et dans certains domaines où l'Etat peut agir. “Le gouvernement examinera attentivement diverses mesures. Il n'y a pas de solutions faciles", a-t-il souligné. "Le tourisme a réalisé d'excellentes performances, la production primaire, la fabrication, les exportations au cours du trimestre ont atteint un record en août. L'économie se porte très bien et fera beaucoup mieux", a déclaré M. Georgiadis.

 

Skertsos: Nous sommes aux côtés des groupes vulnérables

"Nous sommes aux côtés - et nous l'avons prouvé - de chaque groupe vulnérable, économiquement ou socialement. Depuis deux ans, nous sommes à leurs côtés et nous fournissons, nous planifions et nous mettons en oeuvre des politiques pour soutenir les revenus vulnérables", a déclaré le ministre d'Etat, Akis Skertsos, dans une interview accordée lundi à Skai TV. Il a rappelé que le gouvernement a procédé à des baisses d'impôts, de cotisations d'assurances, “nous avons une politique de baisse de la TVA sur des catégories spécifiques de biens”. “Tout cela contribue à augmenter le revenu disponible pour qu'il y ait plus d'argent dans la poche de chaque ménage pour pouvoir gérer la vie quotidienne. Il y aura des annonces à la Foire internationale de Thessalonique, nous sommes dans un cycle haussier de l'économie. Cela signifie que nous avons des taux de croissance, une augmentation de l'emploi, plus d'emplois. Nous aurons une augmentation des revenus, nous aurons également une augmentation de la demande", a-t-il ajouté. Evoquant l’augmentation des prix à venir, il a noté que “le gouvernement n'est pas un observateur, il intervient là où il le faut. Il effectue des interventions spécifiques pour protéger le revenu disponible des citoyens. Nous parlons d'un phénomène international […] Nous traiterons tout cela avec sensibilité, il y aura des interventions et des annonces de la part du premier ministre".

 

POLITIQUE ETRANGERE

 

Bulletin du 16 septembre

Réunion Mitsotakis-Stefanou: Soutien continu de la Grèce à une solution à la question chypriote

Le premier ministre, Kyriakos Mitsotakis, a rencontré mercredi le nouveau secrétaire général du parti AKEL de Chypre, Stefanos Stefanou, le félicitant pour son élection et l'assurant du soutien continu de la Grèce à une solution à la question chypriote. "Je considère qu'il est de mon devoir de toujours rencontrer les dirigeants des partis à Chypre afin d'avoir une conversation honnête. Les questions qui nous concernent nécessitent toujours une coordination absolue entre la Grèce et Chypre", a déclaré M. Mitsotakis. Le premier ministre a rappelé que le seul cadre acceptable de négociations sur la question chypriote sont les décisions du Conseil de sécurité des Nations unies, qui appellent à une solution via la création d'une fédération bizonale, bicommunautaire, dotée d'une souveraineté, d'une personnalité internationale et d'une citoyenneté uniques. Il a ajouté que les conditions nécessaires à la solution de la question chypriote sont l'abolition du système anachronique de garanties ainsi que le retrait des troupes turques d'occupation de l'île. La réunion a examiné la provocation turque, en mettant l'accent sur les actions illégales à Varosha, qui sont en totale contradiction avec les résolutions du Conseil de sécurité et les positions de la communauté internationale, et rendent particulièrement difficile la reprise des négociations sur la question chypriote.

 

Bulletin du 9 septembre

L'approfondissement des excellentes relations bilatérales domine la

réunion Dendias-Aurescu à Bucarest

Le ministre des Affaires étrangères, Nicos Dendias, a été chaleureusement reçu par son homologue roumain, Bogdan Aurescu, lors de sa première visite n Roumanie mercredi, confirmant l'excellent niveau des relations entre les eux pays, selon un tweet du ministère des Affaires étrangères. Les entretiens ont porté sur l'approfondissement des excellentes relations bilatérales, l'échange de vues sur les développements en Méditerranée et en mer Noire, ainsi que sur la perspective européenne des Balkans occidentaux.

 

Dendias: Nous ne permettrons pas l'instrumentalisation de la Mgration

"Nous ne permettrons pas l'instrumentalisation de la migration", a précisé le inistre des Affaires étrangères, Nicos Dendias, dans des déclarations onjointes avec son homologue roumain, Bogdan Aurescu, à l'issue de leur encontre à Bucarest mercredi. Comme l'a souligné M. Dendias, l'un des défis auxquels les pays européens pourraient bientôt être confrontés est la possibilité que des pays tentent d'instrumentaliser les flux migratoires. "Nous avons été témoins d'actions similaires à plusieurs reprises dans le passé et je ferai comprendre à tout le monde que nous ne permettrons pas que cela se reproduise", a-t-il déclaré. "De récents incidents aux frontières de la Pologne, de la Lettonie et de la Lituanie montrent qu'aucun pays européen n'est à l'abri de cette menace. L'Afghanistan est peut-être géographiquement éloigné, mais il est très, très proche". Le ministre des Affaires étrangères a également souligné que "les Etats européens de la région au sens large ont une responsabilité première et un intérêt immédiat à faire pression pour la promotion de l'intégration des Balkans occidentaux. Bien sûr, dans le plein respect des conditionnalités fixées". "Nous devons éviter de créer un trou noir dans les Balkans occidentaux", a-t-il déclaré. "Si l'UE ne comble pas le vide, d'autres qui ne respectent pas les mêmes principes tenteront de le combler. Autrement dit, des Etats qui soutiennent des idées radicales et des mouvements extrémistes", a-t-il noté. "Nous devons continuer à construire une communauté de valeurs et de principes. Fondée sur le respect du droit international et en particulier du droit de la mer, dont ce ministère a une très fière tradition", a-t-il déclaré. Le ministre grec des Affaires étrangères a souligné que la Grèce est un allié de l'OTAN depuis près de sept décennies. "Nous continuons à montrer notre solidarité sans faille envers l'Alliance à laquelle nous appartenons. Et contrairement à d'autres alliés, nous ne compromettons pas la cohésion de l'Alliance de l'intérieur, par des actions déstabilisatrices telles que l'achat d'armes ou des comportements qui sont contraires aux principes et aux valeurs de l'OTAN". Se référant aux relations entre la Grèce et la Roumanie, il a noté que les relations diplomatiques entre les deux pays ont une histoire de 140 ans, tout en disant que c'est un honneur spécial pour lui de participer à la session plénière de la Réunion annuelle des ambassades du ministère roumain des Affaires étrangères. "Et ce sera un grand honneur d'être reçu par le président Iohannis plus tard dans la journée", a-t-il ajouté. Il a également évoqué les Grecs vivant en Roumanie, ainsi que les Roumains vivant en Grèce, qui contribuent à faire progresser davantage les liens entre les deux peuples. "Eleusis et Timișoara seront bientôt les capitales européennes de la Culture. Le commerce bilatéral l'année dernière, malgré la pandémie, a atteint près de deux milliards d'euros. Les investissements grecs en Roumanie sont d'environ 3,5 milliards d'euros. Et la Grèce est l'une des destinations préférées des touristes roumains". M. Dendias a souligné la nécessité de renforcer davantage l'interconnexion des deux pays dans les transports, l'énergie et tous les secteurs, ce qui profitera à tous les pays de la région, y compris les partenaires européens. "Nous travaillons ensemble dans des programmes régionaux, tels que la coopération économique de la mer Noire et le processus de coopération en Europe du Sud-Est", a souligné M. Dendias. "Vous pouvez compter sur le soutien total de la Grèce à la candidature de la Roumanie à l'adhésion à la zone euro et à l'espace Schengen, ainsi qu'à 'Organisation de coopération et de développement économiques", a-t-il ajouté. Il a également exprimé la profonde gratitude du gouvernement grec pour l'aide importante fournie par la Roumanie à la Grèce lors des récents incendies.

 

Bulletin du 7 septembre

Mme Sakellaropoulou: Nécessité d’une pression internationale oordonnée sur les talibans pour garantir les droits des femmes

Dans un article publié dans le journal “TA NEA”, la présidente grecque Katerina Sakellaropoulou souligne la nécessité d'une pression coordonnée sur les talibans, de la part des pays quittant l'Afghanistan, mais aussi de la communauté internationale, pour garantir les droits des femmes, en profitant de leur besoin d'aide au développement et de leur désir de reconnaissance. Selon la présidente de la République, “il convient de rendre clair que le respect des femmes est une condition et une incitation au soutien financier à l'Afghanistan”. Elle note que “l'activation du Conseil de sécurité de l'ONU, l'implication de la Cour pénale internationale, la coordination des institutions mises en place pour mettre en oeuvre les termes de l'accord de retrait, les rapporteurs spéciaux et la mission d'assistance de l'ONU en Afghanistan offrent des opportunités, à la condition douteuse que les talibans soient réceptifs". Mme Sakellaropoulou rappelle également que récemment, les femmes présidentes et premières ministres de nombreux pays ont lancé un appel conjoint aux détenteurs actuels et futurs du pouvoir en Afghanistan pour qu'ils défendent et promeuvent les droits des filles et des femmes dans des domaines tels que l'emploi, l'éducation, l'accès aux soins de santé, la culture ou la fonction publique, et de s'abstenir de toute forme de violence à leur encontre. Cependant, la présidente grecque souligne qu'"il n'y a pas de place pour le silence et la tolérance dans des pratiques anachroniques qui violent la dignité humaine", ajoutant: “L'attitude de l'Occident dans ce cas ne concerne pas seulement la protection des Afghans, mais aussi sa propre perception de soi et les valeurs humanitaires qu'il défend. Unissons nos forces à celles des femmes courageuses qui défient le régime et élèvent la voix ces jours-ci dans les rues de Kaboul”.

 

Bulletin du 2 septembre

Mitsotakis: Nous ne voulons pas une répétition des flux migratoires massifs incontrôlés que nous avons connus en 2015

"Nous ne voulons pas une répétition des flux de masse incontrôlables que nous avons connus en 2015", a souligné mercredi le premier ministre grec, Kyriakos Mitsotakis, prenant la parole lors du premier tour de discussions du 16e Forum stratégique de Bled sur "L'avenir de l'Europe" qui s'est tenu à Bled, Slovénie.  Evoquant la décision de mardi du Conseil extraordinaire des ministres de l'Intérieur de l'UE sur l'Afghanistan, le premier ministre a catégoriquement défendu cette décision, "représentant un pays qui a été victime d'une politique qui a mis en évidence les faiblesses importantes des institutions européennes".  Il a également souligné que "nous devons protéger nos frontières" et que cela doit être fait d'une manière disciplinée qui sera régie par des principes, dans le plein respect du droit international. "Mais en même temps, nous devons reconnaître- en tant qu'Europe et en tant qu'institutions européennes - que nous devons apprendre de nos erreurs. Je pense que ce qui s'est passé en 2015 était une erreur. Nous le reconnaissons ouvertement. Nous sommes confrontés à la nécessité de soutenir les réfugiés, près de la source du problème, c'est-à-dire près de l'Afghanistan. Et nous envoyons un message clair aux réseaux d'immigration irrégulière et à ceux qui profitent de la souffrance humaine et du désespoir, qu'ils ne peuvent pas répéter ce qu'ils ont systématiquement fait ces dernières années", a déclaré M. Mitsotakis.  Le premier tour du débat s'est également déroulé avec la participation du président du Conseil européen, Charles Michel, du président du Parlement européen, David Sassoli, de la vice-présidente de la Commission européenne pour la démocratie et la démographie, Dubravka Šuica et du premier ministre de Slovénie, Janez Janša.

 

Le premier ministre Mitsotakis rencontre le président et le premier ministre slovènes

Les développements dans la région plus large et la perspective européenne des pays des Balkans, l'évolution de la pandémie et les efforts pour y faire face ainsi que les développements en Afghanistan ont été discutés lors des réunions du premier ministre grec, Kyriakos Mitsotakis, avec le premier ministre et le président de Slovénie.  Précisément, M. Mitsotakis, qui effectue une visite à Bled pour participer au Forum stratégique de Bled 2021, a rencontré mardi soir son homologue slovène, Janez Jansa, et mercredi matin le président du pays, Borut Pahor. Il a évoqué les efforts déployés par la Grèce pour lutter contre le Covid-19, s'est référé aux campagnes de vaccination et a souligné les mesures que la Grèce a prises pour la protection de la santé publique et les mesures sur la vaccination obligatoire pour les personnes travaillant dans le secteur de la santé.  Les hauts responsables ont également discuté des nouveaux développements en Afghanistan et des résultats de la réunion des ministres de l'Intérieur et de la Justice de l'UE qui s'est tenue mardi en se concentrant sur les éventuels flux migratoires. M. Mitsotakis a noté qu'il est nécessaire que les pays proches de l'Afghanistan soient soutenus afin d'assurer le soutien des migrants.  Ils ont également examiné la perspective européenne des pays des Balkans ainsi que le prochain sommet UE-Balkans occidentaux qui se tiendra le 6 octobre. Le premier ministre grec a déclaré que la perspective européenne des pays de la région devrait être soutenue à condition qu'ils remplissent les conditions nécessaires.

 

Bulletin du 27 août

Les relations gréco-américaines, la crise climatique et l'Afghanistan au coeur de la rencontre Mitsotakis-Menendez

Les questions régionales et internationales d'intérêt mutuel, avec un accent mis sur les développements dans la région plus large, la Méditerranée orientale, l'Afrique du Nord et les Balkans, mais aussi le Moyen Orient, et notamment la situation en Afghanistan, ont été abordées lors de la rencontre du premier ministre, Kyriakos Mitsotakis, avec le sénateur américain, Robert Menendez.  La rencontre avec M. Menendez, président de la commission des relations étrangères du Sénat, a eu lieu jeudi au Palais Maximou à Athènes. Selon des sources gouvernementales, l'entretien s'est déroulé dans "un climat particulièrement chaleureux", alors que le premier ministre grec a souligné qu'il accueille "un très bon ami de la Grèce, mais aussi un homme qui a placé l'importance stratégique de la Méditerranée orientale au coeur de la politique étrangère américaine". "Nous attendons vraiment avec impatience l'achèvement de la loi sur la défense et le partenariat interparlementaire Etats-Unis-Grèce 2021, qui, je pense, sera une loi-jalon qui renforcera encore les progrès que nous avons réalisés au niveau de nos relations bilatérales", a déclaré M. Mitsotakis.  Pour sa part, le sénateur américain a salué le rôle de premier plan de la Grèce dans la lutte contre le changement climatique, ainsi que dans le récent "défi des incendies".  "La perte de biens cause une grande douleur, mais les vies humaines sont la chose la plus importante", a déclaré le sénateur, faisant référence à son expérience des grands incendies aux Etats-Unis. La réunion a également souligné le très haut niveau des relations Athènes-Washington, ainsi que le potentiel encore plus grand de leur expansion et de leur approfondissement continus. M. Menendez, un ami de longue date de la Grèce, notent des sources gouvernementales, se rend en Grèce pour des contacts avec l'Etat et les dirigeants politiques à l'occasion de la célébration du 200e anniversaire du début de la Révolution grecque. M. Menendez s'exprimera jeudi soir au Musée de l'Acropole lors de l'évènement organisé par le comité "Grèce 2021", dans le cadre du Forum "La Grèce en 2040".

 

Mitsotakis rencontre les sénateurs Murphy et Ossoff: Méditerranée orientale, Moyen-Orient et Afghanistan abordés lors de la réunion

Les questions régionales et internationales d'intérêt mutuel, en mettant l'accent sur la Méditerranée orientale, le Moyen-Orient et l'Afghanistan, ont été discutées lors d'une réunion entre le premier ministre grec, Kyriakos Mitsotakis, et les sénateurs américains Chris Murphy et Jon Ossoff, lundi à Athènes. Selon des sources gouvernementales, la réunion a réaffirmé l'excellent niveau des relations bilatérales entre Athènes et Washington et a exploré les possibilités de leur approfondissement et de leur expansion dans des domaines tels que la coopération en matière de défense, les investissements dans les infrastructures stratégiques et la coopération dans les domaines de l'énergie et de l'environnement. Ils ont également discuté des réformes prévues de l'Etat et de l'économie grecques. M. Mitsotakis a décrit les récents développements en Méditerranée orientale et analysé le rôle de la Grèce en tant que pilier de la stabilité et de la sécurité dans la région plus large, via des programmes de coopération avec des partenaires communs, tels que Chypre, Israël et l'Egypte. Concernant l'Afghanistan, le premier ministre a souligné la nécessité pour ceux qui quittent le pays de rester le plus près possible de leur domicile. La réunion a également discuté de l'avancement du projet de loi sur la défense et la coopération interparlementaire entre les Etats-Unis et la Grèce au Congrès américain, un projet de loi qui renforcera encore la coopération gréco-américaine. Ils ont également examiné les modifications de l'Accord de coopération en matière de défense mutuelle entre les Etats-Unis et la Grèce qui sont actuellement en cours de négociation.

 

ECONOMIE

 

Bulletin du 9 septembre

Georgiadis: Les baisses d'impôts font plus que couvrir les hausses de rix

"Chaque année, nous réduisons les impôts", a déclaré le Ministre du Développement et des Investissements, Adonis Georgiadis, dans une interview accordée mercredi à ANT1 TV, citant l'exemple de la TVA dans la restauration et de la taxe uniforme sur la propriété immobilière (ENFIA). "Les réductions d'impôts font plus que couvrir les augmentations, mais d'ici samedi, vous apprendrez d'autres mesures", a noté M. Georgiadis concernant les mesures prises pour les augmentations des prix. Il a également évoqué les annonces que le premier ministre Kyriakos Mitsotakis doit faire samedi à la Foire internationale de Thessalonique (TIF). "La politique de notre gouvernement est que plus nos revenus sont bons, plus les impôts sont bas", a-t-il souligné. "Le chiffre d'affaires de la Grèce au deuxième trimestre 2021 était le même que celui que nous avions en 2019", a noté le ministre, faisant référence à la croissance trimestrielle du PIB annoncée hier par ELSTAT, qu'il a attribuée en partie à la "hausse explosive des investissements". Il a décrit les augmentations de prix comme un phénomène mondial, citant l'inflation aux Etats-Unis comme exemple. "Bien sûr, nous sommes préoccupés par le phénomène et nous le surveillons", a déclaré le ministre, ajoutant que "cette tendance des prix commencera à se désamorcer au plus tard à la fin de Noël. Il a ajouté que ce qui l'inquiète, c'est l'énergie, qui ne montre aucun signe de désescalade. "La Grèce se porte très bien, ce qui veut dire que la politique de notre gouvernement va bien", a-t-il noté, ajoutant qu'"une augmentation du salaire minimum a été annoncée, mais elle a aussi été augmentée par la baisse des cotisations d'assurance". Concernant la croissance qui a été enregistrée, il a dit que "cela provenait des exportations et des investissements".

 

Croissance de 16,2% au deuxième trimestre 2021, selon l'ELSTAT

L’économie grecque a enregistré une forte croissance de l’ordre de 16,2% au deuxième trimestre 2021, tirée à la fois par la consommation et l'investissement privé et les exportations. Le PIB a augmenté de 3,4% par rapport au premier trimestre 2021. Au premier trimestre 2021 par rapport au premier trimestre 2020, le PIB a diminué de 2,3% malgré le confinement, entraînant une croissance au premier semestre de cette année à environ 7%. Précisément, selon l'ELSTAT, entre le deuxième trimestre 2021 et la même période en 2020, les dépenses totales de consommation finale ont augmenté de 12,1% (la consommation des ménages augmentant de 13,2% et celle des administrations publiques de 6,1%). Les investissements privés (formation brute de capital fixe) ont augmenté de 12,9%. Les exportations de biens et services ont augmenté de 22,6% (biens: hausse de 17,1%, services: hausse de 28,8%), alors que les importations de biens et services ont enregistré une hausse de 22,5% (biens: +19,7%, services: +35,2%). Entre le deuxième trimestre et le premier trimestre 2021, l'ELSTAT note que les dépenses totales de consommation finale ont augmenté de 0,2% (la consommation des ménages baissant de 0,4% et celle des administrations publiques de 0,7%). Les investissements privés (formation brute de capital fixe) ont eux augmenté de 4,3%. Quant aux exportations de biens et services, elles ont augmenté de 2,9% (biens: +2,9%, services: +0,8%), alors que les importations ont biens et services ont aussi augmenté de 5% (biens: +3,8%, services: +19,8%).

 

Bulletin du 8 septembre

Mitsotakis: L'économie grecque enregistre une croissance qui “dépasse les attentes”

Le premier ministre, Kyriakos Mitsotakis, s’est félicité mardi des taux de croissance élevés de l'économie grecque annoncés par l'autorité statistique indépendante ELSTAT plus tôt le même jour, affirmant qu'ils avaient “dépassé les attentes”.“L’économie grecque a enregistré une croissance de 16,2% en glissement annuel au 2e trimestre, dépassant les attentes. Même dans une période avec quelques confinements, le PIB trimestriel est déjà supérieur aux niveaux d'avant la pandémie. Nous restons concentrés sur des réformes qui assurent une croissance inclusive et élèvent le niveau de vie de tous”, a déclaré M. Mitsotakis sur Twitter.

 

CULTURE, VIE QUOTIDIENNE, TOURISME

 

Bulletin du 16 septembre

Mitsotakis: Aucun animaul errant, aucun animal maltraité

Le premier ministre, Kyriakos Mitsotakis, a souligné mercredi les principales dispositions du projet de loi sur les animaux de compagnie. Précisément, à

travers des publications sur les réseaux sociaux, M. Mitsotakis a mis l'accent sur "les cinq libertés des animaux". "Les 5 libertés d'un animal reconnues internationalement sont désormais explicitement incluses dans la loi", souligne-t-il. "Aucun animal errant, aucun animal maltraité. La Grèce acquiert un registre national des animaux de compagnie et une plateforme d'adoption panhellénique pour les animaux errants". En outre, le projet de loi comprend également des dispositions relatives à la "propriété responsable". Selon le premier ministre, "le nouveau projet de loi décrit en détail les obligations des propriétaires d'animaux. Un laboratoire de sauvegarde et d'analyses ADN des animaux est mis en place afin qu'en cas d'abandon d'un animal, son propriétaire puisse être retrouvé et confronté aux sanctions prévues". De plus, l'institution de l'éleveur amateur est sécurisée, indique M. Mitsotakis.

 

Le Comité national grec "Nature 2000" salue les engagements du premier ministre

"Les engagements pris par le premier ministre, Kyriakos Mitsotakis, sur la biodiversité lors de la Conférence de l'UICN à Marseille marquent une nouvelle opportunité pour la conservation de la biodiversité du pays, en mettant l'accent sur la protection des écosystèmes marins", note le Comité National "Nature 2000" dans un communiqué. Selon le Comité, leur objectif était que le pays non seulement comble les lacunes majeures du passé ou s'aligne sur les accords internationaux et les stratégies européennes, mais qu'il prenne aussi l'initiative dans ces domaines, en privilégiant la protection et la gestion de la nature en période de crise pour le climat et la biodiversité, en oeuvrant pour un développement durable. Le Comité Nature 2000 salue les engagements du premier ministre et se déclare, comme toujours, prêt à aider à la mise en oeuvre de ces engagements afin que la Grèce acquière et mette en oeuvre une politique nationale cohérente sur la nature digne de son riche patrimoine naturel, ajoute le communiqué. "Toutes les données scientifiques montrent un besoin urgent d'une action systématique et intersectorielle, avec la coopération de toutes les parties prenantes", a-t-il noté. Le comité "Nature 2000" est l'organe consultatif scientifique central de l'Etat pour la coordination, le suivi et l'évaluation de la politique de protection de la biodiversité en Grèce. Sa principale mission est de surveiller le respect et la mise en oeuvre des directives de l'UE sur les habitats dans toutes les zones incluses dans le réseau Natura 2000, ainsi que sur le reste du territoire national grec en dehors des zones Natura.

 

Des vignerons de Naoussa tentent pour la première fois en Grèce de faire vieillir 1.000 bouteilles de vin au fond du fleuve Arapitsa

Des vignerons de Naoussa (Imathia, Macédoine centrale) tentent de prouver que la maturation du vin en rivière peut assurer le goût particulier recherché par les amateurs de vin du monde entier, en faisant vieillir pour la première fois en Grèce, jusqu'à 1.000 bouteilles de Xinomavro (rouge) au fond du fleuve Arapitsa.  L'immersion des bouteilles de vin aura lieu le 5 septembre 2021, sur le Site du Sacrifice des Héros de Naoussa, et l'action est organisée dans le cadre du programme européen Interreg Europe Cult-Create pour les industries créatives et le tourisme créatif, dans lequel la municipalité de Naoussa participe avec huit autres partenaires. Dans le même temps, l'immersion des vins dans le fleuve s'inscrit dans le cadre du Festival de la vendange, qui se déroulera du 24 septembre au 3 octobre 2021 et de la plateforme numérique d'interconnexion et la promotion des petites et moyennes entreprises touristiques. L'action est menée en collaboration avec l'Association des producteurs de vin de Naoussa, la Communauté gastronomique de la région, l'Association des hôteliers d'Imathia, l'Association commerciale et l'Association des magasins de restauration. "Le but des actions et évènements que nous organisons dans l'ère post-Covid-19, est de mettre notre ville sur la carte des voyageurs à la recherche de bons vins à travers le monde", a déclaré à l'ANA le maire de la ville héroïque de Naoussa, Nikolas Karanikolas, ajoutant que "l'oenotourisme est en plein essor dans le monde et notre région peut être une référence et un point de rencontre pour les palais les plus exigeants".