Consulat de Grèce à Lille

 

 

logo grec

Informations nationales

 

JUIN 2019

 

Inscriptions sur le nouveau cadastre grec

Plusieurs régions en Grèce ont été intégrées au cadastre. Les propriétaires des résidences et des terrains doivent déclarer leurs biens immobiliers. Pour ce faire, il faut rentrer sur le site www.ktimatologio.gr qui présente une page en français.

Etablir une déclaration électronique est possible. Dans le cas contraire, il est nécessaire de mandater une personne pour la faire.

Pour compléments d’informations contacter le Consulat de Grèce à Lille consulatgrecelille@yahoo.fr

 

 

POLITIQUE : LES ELECTIONS

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


La ND entame une campagne électorale interactive et ciblée

La ND fera une campagne électorale totalement différente durant les cinq prochaines semaines jusqu’aux élections nationales, selon une information émanant du siège du parti. Comme il est ressorti de l’interview accordée par le président de la ND, Kyriakos Mitsotakis, sur la chaîne de TV privée ANT1 lundi, la ND optera - à la place des traditionnels grands meetings politiques - pour l’organisation d’une série de manifestations thématiques plus petites, dans le cadre desquelles M. Mitsotakis s’entretiendra sans aucun autre intervenant avec les citoyens. Selon la ND, M. Mitsotakis tentera à travers ces événements interactifs et ciblés de mettre en relief plus efficacement les volets du plan gouvernemental de la ND et, parallèlement, d’enrichir son discours de programme grâce aux interventions des citoyens.

 

Tsipras: Elections nationales le 7 juillet, rencontre avec le chef de l’Etat le 10 juin

Les élections nationales auront lieu le 7 juillet, a annoncé le premier ministre, Alexis Tsipras, dans une interview sur la chaîne de TV publique ERT, clarifiant dans la foulée qu’il se rendra auprès du président de la République le 10 juin pour l’informer du recours anticipé aux urnes. M. Tsipras a indiqué qu’il n’existe aucun “thriller” quant à la date des élections nationales, mais tout simplement un effort délibéré de certains d’exploiter la sensibilité démocratique. M. Tsipras a souligné que c’est la première fois au plan européen qu’un gouvernement et un premier ministre reçoivent le message des élections et accélèrent la tenue des élections nationales après des élections européennes. M. Tsipras a annoncé une initiative législative pour l’abrogation de la diminution du plafond non imposable de revenus à partir du 1.1.2020, une initiative que le gouvernement prendra la semaine prochaine au Parlement, invitant dans la foulée le président de la ND, Kyriakos Mitsotakis, de venir au Parlement et de voter l’amendement relatif, tout comme les codes pénaux. Interrogé sur la suppression du montant non imposable, M. Tsipras a dit que les institutions et les partenaires ont connaissance de la décision du gouvernement et qu’il y a accord.

 

Résultats des élections dans les grandes municipalités et la Région de l’Attique

Les résultats du 2e tour des élections territoriales dans les grandes municipalités et la Région de l’Attique sont les suivants dimanche soir à 23h50:

Athènes (99,26% des suffrages)

Costas Bakoyannis  65,25%

Nassos Iliopoulos    34,75%

Thessalonique (99,79% des suffrages)

Constantin Zervas 66,78%

Nikos Tahiaos       33,22%

Patras (96,08% des suffrages)

Costas Peletidis        70,97%

Grigoris Alexopoulos  29,03%

Le Pirée (99,01% des suffrages)

Yannis Moralis    57,79%

Nicos Vlachakos  42,21%

Attique (99,17% des suffrages)

Georges Patoulis    65,77%

Rena Dourou          34,23%

 

M. Mitsotakis s'entretient avec les nouveaux euro-députés de la ND

Le président de la Nouvelle Démocratie (ND), Kyriakos Mitsotakis, a rencontré les nouveaux parlementaires de la ND au Parlement européen (PE). M. Mitsotakis a félicité les 8 euro-députés récemment élus et souligné la nécessité qu'ils travaillent durement pour promouvoir d'un côté les intérêts de la Grèce en Europe et, de l'autre, pour renforcer avec leur présence l'influence du Parti populaire européen (PPE), surtout face aux forces du populisme et de l'euroscepticisme. M. Mitsotakis a aussi souligné la responsabilité accrue pour le groupe de la ND au PE, qui résulterait de la victoire prochaine du parti aux élections nationales. La discussion a été axée sur les prochains pas à faire en vue de la constitution du groupe parlementaire du PPE et de l’élection du nouveau président de la Commission européenne.

 

Mitsotakis: La ND recherche la majorité absolue et des convergences élargies avec d'autres partis

"Je veux mettre à profit le temps jusqu'aux élections et convaincre mes concitoyens qui ont opté pour d'autres partis", a déclaré le président de la ND, Kyriakos Mitostakis, en s'exprimant dans la première interview télévisée au lendemain du 2e tour des élections territoriales sur la chaîne de TV privée ANT1. Dans un premier commentaire, M. Mitsotakis s'est dit ne pas être étonné du résultat électoral ni du fait que le vote à la ND "a été aussi positif vis-à-vis de son discours de programme modéré et négatif vis-à-vis de la SYRIZA". D'entrée, M. Mitsotakis a déclaré que son premier souci est d'obtenir le mandat le plus fort, informant qu'il continuera ses tournées en province pour mettre en avant un discours sur le programme de la ND, précisant toutefois que ce ne sera pas des meetings électoraux, mais des discussions, avec comme unique exception un grand meeting central. La majorité (parlementaire) absolue, mais aussi des convergences élargies avec d'autres partis, tel sera le but recherché, a souligné M. Mitsotakis, qui a précisé rechercher et vouloir ces convergences avec les partis sur des projets de loi cruciaux. M. Mitsotakis  a par ailleurs déclaré qu'il n'y a aucune possibilité de coopération post-électorale avec la SYRIZA, pour souligner encore plus le fait qu'en raison "du cauchemar de la proportionnelle simple", le pays sera gouverné dans tous les cas, avant d'ajouter que le peuple souverain décidera s'il y aura un gouvernement fort ou non. Mon devoir, a insisté M. Mitsotakis, est d'unir les citoyens, et il n'y a aucun désir de revanche, pour indiquer de plus, à propos de la campagne électorale, qu'il est prêt à participer à un débat avec M. Tsipras et avec les autres chefs de parti, comme le fixe d'habitude la commission interpartis.

 

Le résultat des élections a été un message de désapprobation du gouvernement et d'approbation de la ND, selon M. Staïkouras (ND)

Le résultat des élections européennes, régionales et municipales en Grèce "a été un message de désapprobation de l'attitude et de l'éthique du gouvernement et un message d'approbation du programme de la Nouvelle Démocratie (ND), du sérieux, de la modestie et du réalisme", a déclaré sur la radio de l'ANA "Praktoreio 104,9 FM" le député de la ND, Christos Staïkouras. "Nous sommes satisfaits, mais nous ne triomphons pas", a indiqué M. Staïkouras, concernant les scores de la ND. "Nous sommes satisfaits, parce que nous avons demandé aux citoyens grecs d'envoyer un message clair ces deux dimanches. Et je pense que le message a été clair et ne peut pas être contesté. Nous voulions un message de désapprobation du gouvernement et, de toute façon, le premier ministre lui-même avait demandé un vote de confiance. Et (nous avons eu) un message d'approbation de la ND", a-t-il dit. M. Staïkouras a expliqué que la ND, avec les choix qu'elle a faits, a remporté les 12 des 13 régions aux élections territoriales grecques, mettant l'accent sur la région de l'Attique, où le pourcentage a été très élevé (environ 65%) "et la moitié des citoyens (du pays) votent ici". "Cela démontre que la politique gouvernementale a été désapprouvée dans son ensemble, les actions et les omissions du gouvernement à tous les niveaux de la sphère publique", a noté le député de la ND. Invité à dire si la ND pourrait être un gouvernement majoritaire à l'issue des prochaines élections nationales, M. Staïkouras a répondu que "tout montre que c'est un objectif absolument réalisable", ajoutant que la ND, "même avec une majorité, nous rechercherons les meilleures convergences politiques et sociales possibles".  Enfin, M. Staïkouras a réitéré que le programme de la ND, en vue de la bataille des élections nationales, inclut des impôts réduits, des investissements, la création de bons emplois, le renforcement de la cohésion sociale et de la sécurité du citoyen.

 

Nouveaux maires dans les plus grandes municipalités de l'Attique

Les nouveaux maires issus des élections municipales dans les plus grandes municipalités de l'Attique sont: Athènes - Costas Bakoyannis, Le Pirée - Yannis Moralis, Aghia Varvara - Lambros Michos, Aghia Paraskevi, Vassilis Zorbas, Aghios Dimitrios - Maria Androutsou, Agioi Anargyroi-Kamateros - Georges Tsirbas, Maroussi - Théodore Abatzoglou, Aspropyrgos - Nicos Meletiou, Acharnès - Spyros Vrettos, Vrilissia - Xenios Maniatogiannis, Vyronas - Akis Katopodis, Dafni-Hymette - Anastasios Biniskos, Dionyssos - Yannis Kalafatelis, Zografou - Vassilis Thodas, Heraklion - Nicos Babalos, Ilion - Nicos Zenetos, Kaissariani - Christos Voskopoulos, Kallithea - Dimitris Karnavos, Keratsini-Drapetsona - Christos Vrettakos, Kifissia - Georges Thomakos, Korydallos - Nicos Hoursalas, Marathon - Stergios Tsirkas, Marcopoulo - Costas Alagiannis, Metamorphossi - Stratis Saroudas, Nea Ionia - Despina Thomaïdou, Nea Smyrni - Stavros Tzoulakis, Nea Philadelphia - Yannis Vouros, Paplaio Phaliro - Yannis Fostiropoulos, Perama - Yannis Lagoudakis, Petroupoli - Stefanos Vlachos, Haïdari - Vanghelis Diniakos, Halandri - Simos Roussos.

 

Taux record de l'abstention au 2e tour des élections territoriales - 2 sur 3 électeurs n'ont pas voté

L'abstention a enregistré un taux record au 2e tour des élections territoriales de dimanche, 2 sur 3 électeurs ne s'étant pas rendus aux urnes dans plusieurs régions du pays. Au niveau des Régions, 41,26% des électeurs se sont présentés aux urnes pour élire le nouveau chef de Région de l'Attique (abstention de 58,74% contre 41,14% au 1er tour). La plus grande abstention a été enregistrée dans la Région du Nord de l'Egée, où seuls 33,45% des inscrits ont voté (abstention de 66,55% et de 54,47% respectivement pour le 2e et 1er tour). L'abstention a été tout aussi élevée dans les élections municipales, avec à titre indicatif pour la municipalité d'Athènes une participation de 33,33% du corps électoral (abstention de 66,66% et de 53,26% respectivement pour le 2e et 1er tour).  Les taux correspondants pour Thessalonique ont été de 37,39% (62,61% et 47,50%).  Le plus fort taux de participation pour les grandes villes du pays a été enregistré à Patras avec 49,68% (abstention de 50,32% et de 37,31% respectivement pour le 2e et 1er tour).

 

Les scores des partis aux élections européennes.

Baisse importante pour To Potami, les ANEL et Aube dorée

La participation aux élections européennes et territoriales grecques de 2019 a légèrement baissé, d'environ 1%, par rapport à celle de 2014. Plus précisément, 58,44% des inscrits sur les listes électorales ont voté cette année, contre 59,33% en 2014. En outre, en ce qui concerne la force électorale des partis, la SYRIZA a reculé de 3%, recueillant 23,80% (6 sièges), contre 26,56% (6 sièges) en 2014. La Nouvelle Démocratie (ND) a au contraire augmenté son score d'environ 10,5% et de 2 sièges au Parlement européen. Le principal parti d'opposition a recueilli 33,24% (7 sièges), contre 23,80% (5 sièges) en 2014. En troisième place vient le KINAL, avec 7,60% (2 sièges), alors qu’ELIA, la formation politique correspondante en 2014, avait recueilli 8,02% (2 sièges), la dynamique du KINAL baissant de 0,40%. Le Parti communiste de Grèce (KKE) a reculé de 0,50% par rapport à 2014, conservant toutefois ses 2 sièges. Aux européennes de 2019, le KKE a recueilli 5,49%, contre 6,11% en 2014. En cinquième place, Aube dorée a connu une baisse considérable de 50%, ses sièges passant de 3 à 2. Plus précisément, Aube Dorée a recueilli 4,85% contre 9,39% en 2014. Elliniki Lysi (Solution Grecque), qui participait pour la première fois à des élections, arrive au 6e rang, avec 4,12% et un siège au PE. Enfin, 7e place pour le parti MERA25, qui participe aussi pour la première fois aux élections, avec 3,04% et un siège. To Potami et les Grecs Indépendants (ANEL) n'ont pas atteint la barre de 3%. Les deux partis ont vu leur force électorale reculer de 85% par rapport à 2014. To Potami a recueilli 1,58% cette année, contre 6,61% aux élections de 2014, alors que les ANEL ont recueilli 0,80%, contre 3,46%.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Large victoire de Costas Bakoyannis à Athènes

Costas Bakoyannis, soutenu par la ND, est le nouveau maire d'Athènes avec 65,23% contre 34,77% à Dinos Iliopoulos, soutenu par la SYRIZA, sur un dépouillement de 93,43% des suffrages. Sur environ 145.000 électeurs, M. Bakoyannis recueille 89.600 voix, M. Iliopoulos 47.750. Le décompte montre aussi environ 3.000 bulletins nuls et presque 5.000 bulletins blancs.

 

La grande bataille sera livrée aux urnes des élections nationales, selon des sources de la SYRIZA:

"Le niveau extrêmement faible de la participation des citoyens au 2e tour (des élections territoriales) est la caractéristique principale de la bataille électorale d'aujourd'hui", ont indiqué des sources de la SYRIZA, dimanche soir, commentant les résultats du 2e tour des élections régionales et municipales grecques. A cause de ce facteur, notent ces mêmes sources, il serait extrêmement difficile de tirer des conclusions politiques. En outre, les résultats des élections territoriales dépendent également des spécificités de chaque région, sans refléter directement l'influence politique de chaque parti, comme en témoignent les élections de 2014.  Ces sources ajoutent que pour la région de l'Attique et à Athènes, les candidats soutenus par la SYRIZA ont livré une lutte importante et augmentent leurs scores par rapport au 1er tour. Nassos Iliopoulos à Athènes double son score, alors que Rena Dourou (en Attique) l'augmente significativement, notent-elles. Enfin, ces mêmes sources précisent que la grande bataille est celle des élections nationales, où le dilemme sera clair, et le peuple décidera qui sera le premier ministre et avec quel programme le pays avancera sur les 4 prochaines années. Il (le dilemme) est si la gouvernance progressiste continuera, ou si le pays retournera aux politiques des mémorandums.

 

ECONOMIE

 

OCDE: Le redressement de l'économie grecque devrait conserver sa dynamique

Le redressement de l'économie grecque devrait conserver sa dynamique, avec une augmentation de 2% ou légèrement plus élevée du PIB en 2019 et en 2020, contre une augmentation de 1,9% en 2019, selon le rapport semestriel de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). L'Organisation estime que l'économie grecque enregistrera une croissance de 2,1% cette année et de 2% en 2020. "La demande domestique contribuera beaucoup plus à la croissance qu'elle le faisait dans le passé récent, en contrebalançant le ralentissement de l'augmentation des exportations", note l'OCDE. "Les investissements devraient commencer à se redresser, puisque les conditions financières s'améliorent. Les revenus plus élevés des ménages, en raison de l'augmentation récente du salaire minimum et de l'augmentation de l'emploi, soutiendront la consommation. L'excédent primaire du budget continue à dépasser les objectifs à moyen terme, l'accès aux marchés internationaux des obligations s'améliore et la réserve de liquidités est significative", poursuit l'OCDE. Le rapport souligne que la protection de la crédibilité budgétaire exige la poursuite de la réalisation des objectifs budgétaires à moyen terme. "La poursuite des progrès dans la réduction des ouvertures élevées des banques pour cause de prêts non performants nécessitera des mesures plus approfondies. Des réformes supplémentaires sont nécessaires pour renforcer la productivité et les investissements, améliorer l'environnement des entreprises et accroître les compétences", explique l'OCDE. Le rapport se réfère à l'augmentation de 11% du salaire minimum, à 650 euros par mois, et à la suppression du salaire minimum pour les jeunes en février, notant qu'avec ces augmentations, le salaire minimum en Grèce, par rapport au salaire moyen, se rapproche de la moyenne des pays de l'Organisation. "Cette augmentation va réduire la pauvreté des travailleurs, mais risque de contribuer à l'emploi informel et au ralentissement de la progression dans le nombre d'emplois, compte tenu de la faible productivité", note l'OCDE. En ce qui concerne les affaires budgétaires, le rapport indique que l'excédent primaire du budget était de 4,2% du PIB en 2018. Les fortes recettes - comme celles de la TVA des dépenses des touristes - et celles qui sont moins importantes, ont contribué à l’excellente performance, note-t-il. L'OCDE estime que l'objectif d'un excédent primaire de 3,5% du PIB en 2019 est maintenu, mais "il existe certains dangers dans la gestion des dépenses à cause des arriérés et des pressions exercées sur les coûts salariaux de l'administration publique qui découlent principalement de décisions judiciaires". Sur les mesures budgétaires récentes, l'OCDE note qu'elles réduiront les recettes fiscales, notamment suite à la réduction de certains coefficients de la TVA et l'augmentation des dépenses, surtout pour les retraites à partir de 2019. L'Organisation souligne que "les futures mesures budgétaires devront mettre la priorité sur les investissements dans les infrastructures et les compétences, la gestion de la pauvreté et l'amélioration de l'efficacité des dépenses et des contrôles publics". L'OCDE a noté enfin que "des écarts par rapport à la stratégie budgétaire à moyen terme actuelle compromettraient les gains de crédibilité budgétaire". Des retards dans les réformes visant à améliorer l'environnement entrepreneurial, la compétitivité et la santé des banques pourraient créer des risques pour la reprise attendue des investissements. Une baisse du tourisme, en tant que résultat d'un Brexit désordonné, pourrait entraîner un ralentissement plus accentué des exportations".

 

Psalidopoulos (FMI): La procédure du remboursement des prêts au FMI sera achevée dans deux-trois mois sauf imprévus

Le représentant de la Grèce au Fonds monétaire international (FMI), Michalis Psalidopoulos, a affirmé à l'ANA l'estimation que la procédure du remboursement anticipé des prêts au FMI, demandé par la Grèce depuis avril, "sera achevée dans deux-trois mois, s'il n'y a pas d'imprévus". M. Psalidopoulos a noté dans une interview à l'ANA que le remboursement "sera achevé quand tous les Parlements des Etats membres de la zone euro, qui ont prêté à la Grèce dans le cadre du 'Greek Loan Facility', auront réalisé les procédures d'approbation et de ratification de la recommandation relative du Mécanisme européen de stabilité (MES)". M. Psalidopoulos a reconnu que "les bonnes décisions n'ont pas été prises au bon moment" et que la critique faite sur certaines décisions du Fonds sur la crise économique grecque est correcte. Toutefois, il a précisé que la critique en question est exercée tardivement, ne reflétant donc pas le paysage complexe et les défis particuliers qu'a été appelé à gérer le FMI. Comme il l'indique, "la cooperation économique internationale n'est pas un film d'Hollywood où le héros réagissent directement à une situation difficile".

 

Excédent primaire de 1,156 milliard d'euros en janvier-avril 2019

L'excédent primaire du Budget au niveau du gouvernement central entre janvier et avril 2019 a reculé à 1,156 milliard d'euros, contre 1,586 milliard d'euros sur la même période l'année précédente. Selon des données de trésorerie de la Banque de Grèce (BdG), cette tendance reflète principalement l'augmentation des dépenses à 16,565 milliards d'euros, contre 15,380 en janvier-avril 2018. Les recettes du budget ordinaire se sont chiffrées à 14,626 milliards d'euros, contre 14,530 milliards d'euros l'année précédente. Entre avril et janvier 2019, le budget de l'Etat a enregistré un déficit de 2 milliards d'euros contre un excédent de 5,2 milliards d'euros en janvier-avril 2018.

 

Chômage à 18,5% en Grèce en février 2019, selon Eurostat

Le chômage a enregistré un infime recul en février 2019 en Grèce avec 18,5%, contre 18,6% en janvier de la même année, selon des données de Eurostat rendues publiques. Selon ces données, la Grèce a enregistré la plus forte baisse du taux de chômage dans l’UE en glissement annuel (de 20,6% à 18,5%). Désormais, la Grèce recense 872.000 chômeurs, avec des taux de 14,8% chez les hommes et de 23,3% chez les femmes.

 

Croissance de 1,3% en Grèce au 1er trimestre 2019

L'économie grecque a enregistré une croissance de l'ordre de 1,3% au 1er trimestre de 2019 en glissement annuel et une hausse de 0,2% par rapport au 4e trimestre en 2018. Notons que le Programme de stabilité prévoit une hausse de 2,3% du PIB sur l'année en cours. Selon les comptes nationaux trimestriels de l'Autorité statistique hellénique (ELSTAT), les dépenses totales à la consommation ont enregistré une baisse de 0,1% (hausse de 0,8% des ménages et baisse de 4,1% du gouvernement général), les investissements privés ont augmenté de 7,9%, les exportations de biens et services ont augmente de 4% (-0,7% pour les biens et +8,7% pour les services), les importations de biens et services ont augmenté de 9,5% (+9,9% pour les biens et +5,5% pour les services).

 

Lancement de l'appel d'offres pour la "grande" connexion de la Crète

Le ministère de l'Environnement et de l'Energie a annoncé le lancement des appels d'offres pour l'interconnexion électrique CCHT Crète-Attique d'un budget total de 915 millions d'euros, avec un délai de matérialisation de l'ouvrage jusqu'à courant 2022. Il s'agit de la 2e "grande" connexion de l'île (elle sera précédée par le câble sous-marin de moindre puissance reliant la Crète au Péloponnèse), qui est matérialisée par "Ariane Interconnection", filiale de l'ADMHE (Gestionnaire indépendant de transport de l’énergie électrique). Le dépôt des offres pour les tronçons câblés (budget de 600 millions d'euros) expire le 8 juillet. Le dépôt des offres pour les stations de transformation courant alternatif/continu (budget de 315 millions d'euros) expire le 22 juillet.

 

M. Tsipras souligne l’importance du gazoduc IGB pour la sécurité énergétique et la prospérité économique de la région

Le premier ministre, Alexis Tsipras, a souligné l’importance du gazoduc vertical IGB - dont le projet de construction a été inauguré à Kirkovo (Bulgarie) conjointement avec le premier ministre bulgare Boïko Borissov - pour la sécurité énergétique et la prospérité économique de la région. La sécurité énergétique et la multiplication des sources d’énergie restent une très grande priorité pour la Grèce, a dit M. Tsipras, lors de son discours. “Le TAP, le couloir vertical, East-Med, le terminal de gaz naturel liquéfié à Alexandroupoli en phase de planification, la station GNL de Revythoussa, Turkish Stream 2 sont des projets qui renforcent le rôle économique et géopolitique de la Grèce, de la Bulgarie amie et de la région élargie”. M. Tsipras a noté qu’”avec le couloir vertical, l’IGB étant sa première section, commence à s’élaborer un réseau de transfert d’énergie qui fait des Balkans un pôle énergétique (...) Une grande partie du gaz de l’IGB proviendra du TAP, qui devrait être opérationnel en 2020 et qui transportera le gaz sur les marchés européens”. “Notre pays, à travers une politique étrangère active qui a conduit à l’accord historique de Prespès, mais aussi une série de groupements multipartites en Europe du Sud-Est et en Méditerranée orientale, a renforcé son rôle comme pilier de stabilité et de coopération dans la région”, a dit le premier ministre.

 

La Grèce et 41 autres pays adoptent les nouveaux Principes de l’OCDE  sur l'intelligence artificielle

L'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et ses Etats partenaires, dont la Grèce, ont officiellement adopté les premières directives pour l'élaboration d'une politique internationale en matière d'intelligence artificielle (IA) et se sont engagés de ce fait à respecter des normes internationales visant à assurer la conception de systèmes d’IA robustes, sûrs, équitables et dignes de confiance. Les 36 pays membres de l’OCDE, ainsi que l’Argentine, le Brésil, la Colombie, le Costa Rica, le Pérou et la Roumanie ont adhéré aux Principes de l’OCDE sur l’intelligence artificielle lors de la réunion annuelle du Conseil au niveau des Ministres, qui se tient jeudi et vendredi à Paris, consacrée cette année à "La transition numérique au service du développement durable". "L’intelligence artificielle révolutionne nos modes de vie et de travail et offre des avantages considérables pour nos sociétés et nos économies. Pourtant, elle soulève de nouveaux défis, suscite également des inquiétudes et pose des problèmes d’éthique. Il incombe donc aux pouvoirs publics de veiller à ce que les systèmes d’IA soient conçus de manière à respecter nos valeurs et nos lois, afin d'assurer la sécurité et la protection de la vie privée des personnes", a déclaré Angel Gurria, SG de l’OCDE. "Ces Principes constitueront une référence mondiale pour bâtir une IA digne de confiance, afin que l’on puisse tirer le meilleur parti des opportunités qu’elle offre, au service de tous", a-t-il ajouté. Les principes sur l'IA ont le soutien de la Commission européenne et feront partie des débats du prochain Sommet du G20, qui se tiendra au Japon. Dans les mois à venir, les experts des politiques du numérique à l’OCDE s’appuieront sur ces principes pour élaborer des orientations pratiques permettant leur mise en œuvre.

 

Enquête de l'ANA: Des milliers de produits moins chers sur le marché suite

à la diminution de la TVA

Des milliers de produits de grande consommation - peut-être plus de 8.400 codes - sont vendus moins chers sur les rayons des supermarchés suite à la diminution du coefficient de TVA de 24% à 13%, ce qui constitue un volet des allègements fiscaux du gouvernement pour soutenir les ménages. Les supermarchés ont procédé ainsi à des baisses de prix des produits - suite au réajustement de la TVA - de 8,9% dans 56 catégories de produits sur les rayons, en matérialisant les engagements de leurs représentants auprès de cadres gouvernementaux, en particulier du vice-premier ministre et ministre de l'Economie et du Développement, Yannis Dragassakis, la semaine dernière, pour la diminution immédiate des prix et un ajustement rapide sur le marché, comme prévu par la nouvelle loi, au profit des consommateurs et des clients.  Comme le soulignent dans une enquête de l'ANA de grands acteurs sur le marché, la branche s'est adaptée immédiatement aux nouvelles données.

 

Signature de la décision pour l’embauche de 10.500 enseignants titulaires

Le ministre des Finances, Euclide Tsakalotos, et la ministre de la Restructuration administrative, Mariliza Xenogiannakopoulou, ont signé la décision d’approbation (acte du Conseil des ministres) pour l’embauche à des postes de titulaires de 10.500 enseignants. Selon le ministère de l’Education, le ministre, Costas Yavroglou, a adressé ensuite une demande à l’ASEP, le Conseil supérieur de sélection du personnel dans la fonction publique, afin que soient mises en route les procédures pour le lancement du concours et, par la suite, l’embauche des enseignants dans les écoles. Les enseignants seront appelés à pourvoir des postes vacants dans l’enseignement primaire et secondaire. 5.250 enseignants seront embauchés pour l’année scolaire 2020-2021 et 5.250 pour l’année scolaire 2021-2022. “Ceux qui anticipaient que le gouvernement ne procèdera pas à des embauches d’enseignants titulaires sont démentis”, a affirmé M. Yavroglou.

TOURISME

 

La Grèce élue à la présidence de la commission pour l'Europe de l'OMT

La Grèce a été élue à l'unanimité à la présidence de la commission régionale pour l'Europe de l'Organisation mondiale du Tourisme (OMT) pour la période 2019-2021, suite à un scrutin auquel ont pris part 40 Etats membres de l'Organisation, à l'occasion de la 64e Rencontre à Zagreb. Notons que la stratégie nationale du ministère grec du Tourisme pour le tourisme s'inscrit harmonieusement avec les visées et les priorités du Programme de travail 2018-2019 de l'OMT. Dans son intervention, le SG de la Politique et du Développement touristiques, Georges Tziallas, a confirmé le choix stratégique du ministère grec de renforcer la présence et la place de la Grèce sur le marché touristique mondial, ainsi que de déployer un effort systématique pour la revalorisation de ses relations avec l'OMT. Le résultat du scrutin sera ratifié par l'AG de l'OMT lors de sa 23e Session à Saint Pétersbourg.